PC : les ventes s’effondrent en Europe de l’Ouest, y compris en France

Cet ordinateur portable n'est plus vendu
L'ordinateur portable présenté ci-dessous a été commercialisé en 2013, et n'est plus en vente. Depuis, de nombreux modèles plus récents et mieux équipés ont vu le jour.

D’après l’institut d’analyse Gartner, les ventes d’ordinateurs se sont effondrées fin 2012, y compris en France. C’est encore plus vrai pour le secteur grand public, les consommateurs ayant privilégié d’autres types d’appareils.

Gartner PC Q04Y12

Selon Gartner, il s’est ainsi écoulé 15.3 millions d’ordinateurs en Europe de l’Ouest au 4ème trimestre 2012, soit une chute de 11.7 % par rapport à la même période l’an passé. Sur l’ensemble de l’année, la baisse est un peu moins sévère même si conséquente, à -8.4 % pour 58 millions d’unités vendues. Si la baisse enregistrée en 2012 est moins importante qu’en 2011 (-14%), elle donc est tout de même conséquente.

Et c’est le marché des PC portables qui accuse la claque la plus importante, avec une chute de 12.1 % des livraisons contre -10.9 % pour les ordinateurs de bureau. En outre, le secteur grand public a été clairement en retrait l’année dernière (-17.6%) par rapport au marché professionnel (-4.9%).

Pour Meike Escherich, analyste principal chez Gartner :

Le marché des PC en Europe de l’Ouest est dans une spirale baissière. [..]
Les problèmes que le marché des ordinateurs rencontre va au-delà de la morosité économique, d’un nouveau système d’exploitation mal compris et des ordinateurs ultramobiles aux tarifs affichés trop élevés pour générer de la demande.

On note qu’à l’exception de Lenovo qui enregistre une croissance de ses ventes spectaculaire à +23.2 % en Europe de l’Ouest au dernier trimestre 2012, le Top 5 des principaux vendeurs de PC a lui enregistré une baisse, significative pour Dell (-21.9%) et Acer (-16.4%).

En France, le marché des PC a fortement régressé lui aussi à 2.5 millions d’unités au cours du 4ème trimestre 2012 (-13.6%) et 10 millions d’unités sur l’ensemble de l’année dernière (-6.4%). Fin 2012, le secteur des ordinateurs portables à chuté de 12.5 %.

Gartner PC Q04Y12

Meike Escherich souligne que le lancement de Windows 8 n’a eu aucun impact sur les ventes d’ordinateurs, la période de fête ayant surtout vu les marchands écouler leurs stocks d’ordinateurs sous Windows 7 et de PC portables à bas prix. Les Ultrabooks ne séduisent toujours qu’un nombre restreint de consommateurs, leur part de marché s’établissant à 11 % fin 2012.

Dans ce contexte difficile, Hewlett-Packard conserve sa place de leader tout comme Asus sa deuxième place. Le taiwanais est d’ailleurs le seul avec Lenovo a enregistré une croissance des ventes au 4ème trimestre 2012 (+5.7 % et +1.3%) e tune part de marché en hausse (+3.1 % et +1.3%). Dell arrive sur la 3ème marché du podium et Acer chute lourdement (-36.4%).

Isabelle Durand, analyste chez Gartner, ajoute que le marché des PC France devrait continuer de chuter, évoquant une régression des ventes à 2 chiffres pour le 1er trimestre 2013. Selon elle, les ordinateurs devront toujours faire face à la concurrence des Tablettes, d’autant plus que les modèles à prix plus abordables devraient augmenter leur part de marché.

Espérons donc que la tendance s’inverse au cours de l’année et que le marché des ordinateurs portables en particulier reprendra des couleurs. Pour cela, il est nécessaire que l’ensemble des acteurs du secteur propose des machines attractives aux yeux du consommateur. Si les nouveaux processeurs Intel Haswell et leur plateforme Shark Bay tiennent leurs promesses en matière de performances graphiques et consommation énergétique notamment, tout comme ce qu’annonce Intel pour les Ultrabooks (+ de fonctionnalités, tarifs en baisse) et que la mise à jour Blue de Microsoft permette de rendre Windows 8 plus attractif, cela pourrait être le cas. Si bien sûr la crise économique ne s’intensifie pas…

[Source : Gartner et LaptopSpirit]

Besoin d’aide pour choisir votre PC portable ?
LaptopSpirit vous propose un court questionnaire qui va nous permettre de bien comprendre vos besoins. Nous pourrons ainsi vous conseiller les ordinateurs portables les plus adaptés à votre utilisation et à votre budget !

7 réponses à “PC : les ventes s’effondrent en Europe de l’Ouest, y compris en France”

  1. Les analystes ont bien résumé les problèmes actuels du marché : ultrabooks trop chers et windows 8 bof bof.

    Y’a rien qui puisse réellement freiner la percée des tablettes, et certainement pas les hybrides PC/tablette à 700-800 € (tarif prohibitif). Des netbooks aux perfs vitaminées auraient pu leur faire un peu d’ombre (sur la même gamme de prix) mais les constructeurs PC préfèreront sans doute proposer leur propre tablette pour tenter de récupérer une part du gâteau.

    En l’absence d’évolution notable du matos, y’a pas besoin de le renouveler.

  2. +1 avec fun.

    Le problème n’est pas tant Windows 8, même s’il y contribue un peu. Le hardware évolue tellement peu (surtout pour Mme Michu) que le besoin de renouveler son PC est quasi nul en 2012/2013. Depuis quelques années, les évolutions « mineures » s’empilent sans évolution « majeure » (et encore moins de révolution… n’en déplaise à « la Pomme »).

    Windows 8 peut apporter quelque de plus si la réelle convergence PC/tablette/mobile se fait, ce qui veut dire de réelles évolutions matérielles (visibles et utiles) de la part des constructeurs et équipementiers… et ça, c’est lent à venir, très lent…

    Un PC acheté en 2006 avec Vista fait mieux tourner Windows 7 et un PC acheté en 2009 avec Windows 7 fait mieux tourner Windows 8… A matériel compatible (notamment le CPU multi-core), autant installer Windows 8 sur un PC de 2006, la différence de performance pour Mme Michu est quasi-nulle, voire positive. Pourquoi irait-elle se payer un beau PC en 2012/2013 ? Pour une dalle tactile de pauvre résolution et une carte graphique plus performante qui ne lui sert à rien… ?

    Windows 8 (avec upgrade « Blue » à venir) ou pas, la chute des ventes de PC est là pour durer et les constructeurs (et Microsoft) souffrir pendant quelques temps encore. C’est certain.

  3. Moi je ne comprends pas très bien que les tablettes puissent concurrencer autant qu’on le dit les portables.
    Aujourd’hui, avec les core i, on a l’équivalent de machine de bureau en portable. L’évolution elle existe, les sandy bridge avaient pulvérisé la génération précédente par exemple. Ce qu’on peut faire en montage et en encodage video avec les PC, j’attends de voir ça sur une tablette!

  4. Moi je ne comprends pas très bien que les tablettes puissent concurrencer autant qu’on le dit les portables.
    Aujourd’hui, avec les core i, on a l’équivalent de machine de bureau en portable. L’évolution elle existe, les sandy bridge avaient pulvérisé la génération précédente par exemple, moins flagrant pour les ivy mais progrès assez net aussi. Ce qu’on peut faire en montage et en encodage video avec les PC, j’attends de voir ça sur une tablette!

  5. Pour beaucoup, l’ordinateur (portable ou non) se résume à surfer sur le net, envoyer quelques mails, regarder des vidéos et gérer sommairement ses photos de famille.
    Ces utilisations, une tablette de bonne facture sait parfaitement les gérer. L’utilisation est fluide, agréable et ce malgré la puissance inférieure d’une tablette versus un portable équipé d’un Core i. Au final, la principale différence vient de l’absence de clavier physique mais avec un peu d’habitude rien d’insurmontable surtout pour de la saisie ponctuelle/brève. Donc là, typiquement la tablette est en concurrence avec un ordinateur. Et ce type d’utilisateurs, représente une part non négligeable du marché.

    Après, on a les utilisateurs dit « avertis » qui eux ne vont pas envisager la tablette comme machine principale mais comme deuxième voire troisième « ordinateur ». La concurrence est moins frontale mais elle existe, je suis sur que beaucoup se sont posés la question de remplacer un netbook / petit ultra par une tablette.

    Je suis d’accord que la tablette ne permet pas de faire autant de chose qu’un ordinateur en théorie, mais, en remettant en question certaines habitudes, en prenant le temps de découvrir des applications tierces de qualité comme on peut en trouver notamment sous iOS (voir par exemple le site urbanbike pour ceux que cela intéresse), on s’aperçoit que les possibilités sont plus étendues qu’on pouvait le croire au départ, y compris dans des domaines où l’on n’attend pas une tablette (par exemple monter une séquence sous iMovie iOS est assez déconcertant de facilité, de même rédiger un article n’est pas la sinécure tant décriée par certains).

    In fine, oui les tablettes ne sont pas des ordinateurs, oui, elles ne les remplaceront pas (surtout pour les utilisations avancées), mais oui, elles sont malgré tout en concurrence avec ces derniers pour de multiples raisons 😉

  6. dommage que l’on ai pas les ventes de macbook et d’ipad à comparer. Sinon je n’ai jamais vu quelqu’un remplacer son pc ,portable ou fixe, par une tablette. On revient tous, petit ou grand, geek ou michu, à un moment ou un autre vers le pc pour faire certaines choses qu’il vaut mieux faire sur pc. Le soucis vient des constructeurs qui lancent trop de produits imparfaits et trop cher. j’attends toujours mon ultrabook-tablette core i7 basse conso avec mSata+HDD, écran ips 400nits + un dock contenant une carte graphique dédiée, le tout avec une bonne gestion du hidpi sous windows. SI vous me lisez….

  7. Une tablette 10″, cela exige tout de même de se poser pour y faire quelque chose. Cela fait quand même gros le smartphone.

    Et si on doit se poser? Eh bien je dirais qu’il vaudrait mieux avoir un vrai netbook originel, revu avec des composants actuel (SSD mSata, Celeron Ivy basse conso, écran non limité à du 1024×600).

    J’ai mon EeePC 901 qui a 4 ans, le même concept remis au gout du jour et j’achète de suite: Au même prix de 350€, je pense qu’il y a matière à faire qqchose qui ferait mal aux tablettes. Juste faire attention à y mettre une meilleure carte wifi que celle d’origine (changée pour une SR71-E Ubiquity), on évite en prime de payer pour la 3G en pouvant souvent profiter des hot-spot de son opérateur ADSL.

    Une tablette actuelle aux MAJ aléatoires, qui l’aura encore dans 4 ans? Cela fait cher le jetable, au delà du problème de gâchis.

    Toutes n’ont même pas un lecteur de SD pour y vider son APN en vacances…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


+ 7 = 13