Place ce soir au test de l'Acer Swift 3 SF315-41, un ultrabook de 15 pouces à l'architecture AMD qui séduit par ses performances graphiques au delà de standard d'Intel (en intégré) et par son design fin, léger et compact.

Voici les caractéristiques techniques du modèle testé (SF315-41-R4W1):

Dalle15.6’’ Full HD LED IPS bord à bord (1920x1080, brillante)
ProcesseurAMD Ryzen 5 2500U (2.0 GHz, 4 cœurs, TDP 15W)
Mémoire vive installée (max)8 Go DDR4 2400 MHz (32 Go)
Espace de stockageSSD M.2 NVMe PCIe de 256 Go
Carte graphiqueAMD Radeon RX Vega 8 intégrée au processeur
Lecteur optique-
Système audio2 haut-parleurs, Acer TrueHarmony Dolby Home Premium
WebcamOui, HD 720p CrystelEye HD avec micro
RéseauWi-Fi ac
BluetoothOui, Bluetooth 4.0
Lecteur de cartesSD
Sortie(s) vidéoHDMI
Lecteur d'empreintes digitalesOui
Entrée(s) / Sortie(s)Combo Casque/Micro
ExpressCard-
USB2 USB 3.0 + 1 USB 2.0 + 1 USB 3.1 Type-C (Gen1)
Système d'exploitationWindows 10 64 bits
BatterieLi-Polymère 4 cellules 48Whr
Autonomie annoncée5 heures
Dimensions (mm)370.5 x 255 x 18.9
Poids2.1 Kg
Garantie2 ans
AutreClavier chiclet rétro éclairé avec pavé numérique, touchpad multi-touch
LogicielsApplications Acer

Acer utilise le même boitier en métal que sur la version Intel pour loger son Swift 3 SF315-41 avec un coloris gris acier. Une finition métal brossé agrémente le couvercle et l'intérieur et celle-ci n'accroche pas les traces de doigts, un bon point. Le look est passe partout avec quelques éléments visuels plus marqués : les contours chanfreinés du pavé tactile, de la base et du lecteur biométrique, la marque au dos du couvercle et la charnière angulaire. Le testeur désapprouve par ailleurs la proéminence des bords tranchants. La base est toutefois plus résistante à la pression que sur la version Intel.

Ses bonnes mensurations font de cet ultrabook le plus fin de sa catégorie. La superficie de la base n'est pas la plus compact et le poids dans la moyenne.

La connectique est idéalement disposée avec sur la droite un port USB 2.0 (les droitiers pourront y connecter une souris), le verrou Kensington et le lecteur de carte SD et sur le côté gauche, la sortie HDMI, le port USB Type-C, deux ports USB 3.0, la prise casque et la prise d'alimentation.

Un lecteur d'empreintes digitales permet de déverrouiller l'ordinateur portable rapidement et en toute sécurité via Windows Hello. Il existe également un module TPM (Trusted Platform Module) 2.0 à bord.

Si à première vue, on pourrait penser que la maintenance n'est pas aisée en l'absence de trappe dédiée, quiconque muni d'un tournevis Torx peut ouvrir la partie inférieure de la base (sans outils supplémentaires) et accéder à tous les composants internes, y compris la batterie. Malheureusement, la RAM est soudée et il n'y a pas de slot libre complémentaire.

Concernant le confort de frappe, la course courte et la base ferme conduisent à un impact dur et lourd et la rétro-action n'est pas bien définie. Rien de déterminant pour autant et les écrivains prolifiques ne devraient pas s'en détourner. Les touches sont rétro-éclairées sur une seule nuance. Il est important de préciser que le repose-poignet est ferme et confortable au moment de la frappe. La grande surface douce du pavé tactile laisse glisser parfaitement les doigts, même humides. La précision et la réactivité sont irréprochables et même les mouvements très rapides sont suivis. Les gestes multi-touch sont pris en charge. Les boutons de souris intégrés sont équilibrés, résistants juste ce qu'il faut et précis avec un retour acoustique parfait.

L'écran est similaire à la version Intel (BOE CQ NV156FHM-N48) et le testeur reproche d'office le recours à une dalle brillante. Il s'agit d'un écran IPS Full HD (1920 x 1080 px) à la netteté satisfaisante. Le taux de contraste est très bon (1247:1) avec des noirs profonds, et ce malgré une luminosité assez faible (237 cd/m2). La colorimétrie est moyenne avec un espace sRGB couvert à 58% et un Delta E autour de 5. L'écran étant brillant et pas suffisamment lumineux, il est presque impossible d'utiliser l'ultrabook en extérieur.

Architecturé autour d'un APU Quad Core Ryzen 5 2500U, de 8 Go de mémoire vive et d'un SSD dédié de 256 Go, le modèle testé se destine à une exploitation bureautique/multimédia. Ce processeur conçu pour les PC fins avec un TDP de 15W se positionne entre le Quad i5-8250U et le Quad i7-8550U d'Intel en terme de performances, permettant de s'atteler à des tâches assez gourmandes comme le montage photo/vidéo. Le SSD en face est rapide (interface NVMe PCIe).

La partie graphique est confiée à la AMD Radeon Vega 8 intégrée au processeur Raven Ridge qui tient la dragée haute à la UHD 620 des GPU Kaby Lake Refresh. Alors que cette dernière s'apparente à une GeForce 920MX en terme de performances, la Vega 8 va égaler une GeForce 940MX et permettre un peu de jeu en définition et détails moyens. Le jeu en Full HD est possible mais réservé au titres peu gourmands.

La ventilation du Swift 3 SF315-41 tourne constamment mais reste discrète en navigation légère. Si l'on pousse le processeur dans ses retranchements, le bruit va augmenter de concert mais jamais dans des niveaux vraiment gênants. Point de vue températures, le système est configuré pour éviter la surchauffe au-delà de 75°C en réduisant les fréquences à 1,66 GHz (APU) ou 230 MHz (Vega 8). Ainsi, le châssis ne chauffe jamais au delà du niveau de confort.

L'autonomie n'est pas exceptionnelle avec un peu plus de 5 heures atteintes en navigation Internet avec Wifi actif. C'est un peu moins bien que la version Intel.

Il obtient la note de 82%.

Accédez au test de l'Acer Swift 3 SF315-41 Ryzen

Nous vous rappelons que les avis ci-après n’engagent que leurs rédacteurs. Nous nous efforçons dans la mesure du possible de retranscrire leurs sentiments et leurs propos de façon objective. Si vous êtes en désaccord avec les propos mentionnés, le plus simple est de prendre contact avec nos confrères.