Débutons cette nouvelle semaine par un test de l'Acer Predator Triton 500 PT515-51, un PC portable gamer de 15 pouces qui a tout pour plaire. Son format est compact et fin, son écran vivace (144 Hz, G-Sync), son cœur performant et sa connectique complète (TB3). Le seul hic concerne son autonomie ridicule (3 heures en usage courant).

Voici les caractéristiques techniques du modèle testé :

Dalle15.6’’ Full HD LED IPS 144Hz 3ms G-Sync bords fins ComfyView (1920x1080, antireflet/mat)
ProcesseurIntel Core i7-8750H Coffee Lake (2.2 GHz, 6 cœurs)
Mémoire vive installée (max)32 Go (2 x 16 Go) DDR4 2666 MHz (32 Go), 2 slots (occupés)
Espace de stockage2 x SSD M.2 de 512 Go (NVMe PCIe) en RAID0
Carte graphiqueNVIDIA Turing GeForce RTX 2080 Max-Q 8 Go GDDR6 dédiés
Lecteur optique-
Système audio2 haut-parleurs 3D Waves NX MaxxAudio
WebcamOui, HD (30ips@720p) avec micro
RéseauWi-Fi ac (Killer Wireless-AC 1550) + Ethernet Gigabit (Killer E3000)
BluetoothOui, Bluetooth 5.0
Lecteur de cartes-
Sortie(s) vidéoHDMI 2.0, mini-DisplayPort
Lecteur d'empreintes digitales-
Entrée(s) / Sortie(s)Casque, Micro
USB3 USB 3.1 + 1 USB 3.1 Type-C (Gen2) Thunderbolt 3
Système d'exploitationWindows 10 64 bits
BatterieLi-ion 4 cellules 82 Whr
Autonomie annoncée8 heures
Dimensions (mm)358.5 x 255 x 17.9
Poids2.1 Kg
Garantie2 ans
AutreClavier chiclet rétro-éclairé RGB 3 zones, touchpad multi-touch
LogicielsApplications Acer

Châssis / Esthétique

Alors que le Triton 700 de 2017 n'a pas vraiment réussi à convaincre le testeur avec ses bordures d'écran larges et son clavier au positionnement inhabituel, le Triton 500 de 2019 offre une bien meilleure impression dès le premier coup d'œil. Cela commence par le cadre autour de l'écran très mince qui réduit l'encombrement du PC de 393 x 266 mm à 359 x 255 mm. L'aspect global y gagne vraiment mais cela le rend également plus facile à transporter. En termes de poids, le Triton 500 ne pèse que 2,14 kg, idéal pour le déplacer régulièrement. Par contre, l'inconvénient majeur de ce type de châssis fin est le manque de stabilité. Le dos du couvercle est particulièrement visé puisqu'il ploie assez visiblement sous la pression.

Autrement, le Triton 500 PT515 ne fait preuve d'aucun défaut d'apparence, l'assemblage est au millimètre et l'usage du métal renvoie une qualité perçue vraiment seyante. Le design est à la fois élégant et assez subtil pour un PC axé jeu. A l'exception de la bordure bleue autour du logo sur le couvercle et des éléments de refroidissement de couleur bleue, Acer renonce à tous les détails de couleur. Le Triton 500 ne montre sa véritable nature que lorsque vous l’allumez, les touches fléchées et la zone ZQSD étant soulignées par l’illumination bleue. Enfin, le testeur précise qu'Acer pourrait encore améliorer un peu les charnières qui s'abaissent trop facilement à son goût jusqu'à un angle de 180 degrés.

Connectique

Acer a équipé le Triton 500 de presque toutes les interfaces que l'on pouvait espérer d'un ordinateur portable de jeu en 2019. Malgré sa faible hauteur de 1,8 cm, on retrouve même un port RJ45. Pour le reste, il y a trois ports USB 3.1 standards (Type-A) et un port USB Type-C Thunderbolt 3, une sortie HDMI et mini-DisplayPort ainsi que deux prises audio (casque + microphone) et un verrou Kensington. Par ailleurs, il est regrettable qu’Acer ait renoncé au lecteur de cartes. Le positionnement de la connectique est également maladroite, de nombreux ports étant situés dans la moitié avant du boîtier pouvant gêner le déplacement de la souris.

Maintenance

La maintenance limitée est l’un des plus gros inconvénients du Triton 500. Si vous retirez les 10 vis Torx du fond du boîtier et soulevez la plaque inférieure, vous n’accédez qu’aux ventilateurs, au module Wi-Fi et à la batterie. Les autres composants sont soit cachés par une feuille noire, soit placés de l’autre côté de la carte mère.

Clavier / Touchpad

Les périphériques d'entrée sont globalement satisfaisants. Les touches du clavier sont entourées d'un cadre blanc qui leur permet d'être identifiables même en l'absence de rétro-éclairage (ajustable sur plusieurs niveaux). A noter l'absence de pavé numérique. L'expérience de frappe est qualifiée de "bonne" même si on n'est pas au niveau d'un clavier mécanique. De son côté, le pavé tactile propose une finition lisse qui assure d'excellentes qualités de glissement. En outre, il n’y a pratiquement rien à redire en termes de précision et le support multi-touch est parfait.

Écran

Comme beaucoup de ses concurrents, le Triton 500 PT515-51 est équipé d'un écran Full HD (1920 x 1080 px) IPS 144 Hz G-Sync qui garantit une image extrêmement fluide en jeu à condition que les valeurs FPS correspondantes soient respectées. Ses paramètres sont plutôt impressionnants avec un contraste de près de 1130:1 et une luminosité d’environ 300 cd/m². Par ailleurs, la colorimétrie est dans la moyenne avec 93% de l'espace sRGB pris en charge et un Delta E inférieur à 5.

Performances

Architecturé autour d'un Hexa Core i7 récent (i7-8750H - i7-9750H sur modèles commercialisés), de 32 Go de mémoire vive et d'1 To de stockage SSD en RAID0 (2 x 512 Go), le modèle testé est presque exemplaire question puissance puisqu'il se prête sans problème à tous les types d'usages, bureautique, multimédia, création, monteur, calculs, 3D, etc. Les performances processeurs sont ajustables grâces aux utilitaires Windows et Acer et le Triton est capable d'en tirer le meilleur. D'autant qu'il s’accommode d'une importante quantité de RAM et d'un stockage ultra-rapide, de quoi offrir une fluidité système exemplaire.

Mais le composant qui suscite le plus d'interrogations est la carte graphique, ici confiée à la GeForce GTX 2080 Max-Q. Si le TDP est passé de 150W à 80W par rapport à une RTX 2080 standard, les capacité du GPU reste d'un haut niveau même si elles se sont stabilisées au niveau de celles d'une RTX 2070 globalement. Max-Q ou non, tant que vous jouez en Full HD (1080p), la GeForce RTX 2080 est capable d'alimenter tout type de jeu moderne avec fluidité, détails High à Ultra et avec un lissage activé des contours. Puisqu'il atteint plus de 60 FPS dans de nombreux jeux, l'affichage 144 Hz est également souvent exploité à fond.

Températures / Nuisances sonores

Le bruit généré par l'Acer Triton 500 n'est ni particulièrement élevé ni faible. En mode veille, le Triton 500 est globalement silencieux (30-34 dB max) même si la ventilation se réveille et souffle assez fort comme c'est aussi le cas sur d'autres PC de sa catégorie. Face à des tâches plus extrêmes, le testeur a mesuré entre 44 et 47 dB. Un résultat plus silencieux que l'Asus GX531GS mais plus fort que le Razer Blade 15. Le MSI GS65 8RF et le Gigabyte Aero 15 X9 produisent un niveau de bruit comparable.

Comme la plupart des ordinateurs portables de jeu, le Triton 500 chauffe de façon notable en 3D. Après 60 minutes de test, le testeur a mesuré jusqu'à 58°C sous la base, ce qui élimine la possibilité de jouer sur les genoux. Dans le même temps, la zone du clavier n'a atteint qu'une température maximale de 49°C au centre.

Autonomie

L'autonomie de la batterie ne rend pas justice au boitier compact. En l'absence de commutation graphique (Optimus) - G-Synx exploite en permanence la RTX 2080 et oublie la puce Intel UHD 630 intégrée au processeur - l'Acer Predator Triton 500 PT515-51 n'arrive pas à tenir plus de 3 heures en navigation Internet via Wifi. Notons que le testeur précise avoir lu dans certains forums que la G-Sync se désactive au profit d'Optimus dans le BIOS, ce qu'il n'a pas pu confirmer en pratique.

Il obtient la note de 87%

Accédez au test de l'Acer Predator Triton 500 PT515-51

Nous vous rappelons que les avis ci-contre n’engagent que leurs rédacteurs. Nous nous efforçons dans la mesure du possible de retranscrire leurs sentiments et leurs propos de façon objective. Si vous êtes en désaccord avec les propos mentionnés, le plus simple est de prendre contact avec nos confrères.