On ne présente plus le MacBook Pro 15 d'Apple, symbiose entre raffinement et puissance mobile depuis sa sortie en 2006. Ce PC portable a depuis reçu plusieurs mises à jour dont trois refontes majeures sans jamais perdre son style légendaire. Pour cette cuvée 2019, Apple s'en tient aux avancées proposées par la version 2018 et se contente d'un "performance boost" complété de quelques ajustements par-ci par-là (révision du clavier, nouveaux matériaux).

Meilleur prix connu : 2619€
Les +
Design fin et raffiné
Performances boostées (Octo Core/Vega)
Les -
Prix élevé
Limitations thermiques
Réserves sur le clavier papillon

Le châssis de l'Apple MacBook Pro 15 2019 en détail

Esthétiquement, ce MacBook Pro 15 ressemble... à un MacBook Pro 15. Le design est quelque chose d'intergénérationnel chez Apple et le châssis unibody (monocoque) en aluminium reste fidèle aux plans du modèle introduit en 2016. On a donc affaire à un boitier solide à la finition impeccable. Le design est ergonomique, ultra-fin, raffiné et inébranlable. Les coloris proposés sont comme d'habitude très sobres, Gris sidéral et Argent, et la finition mate et lisse, véritable barrière aux traces de doigts et modèle en termes de durabilité (légère patine sur le gris sidéral après env. 1000h d'utilisation).

Au niveau des mensurations, le MBP 15 fait toujours très fort avec 1,838 Kg sur la balance et seulement 15,5 mm d'épaisseur, soit le PC le plus fin sous Hexa Core. Pour ce qui est de l'encombrement, il n'est pas le mieux placé en revanche avec un cadre de 349,3 x 240,7 mm. Du coup, des bandes noires assez épaisses viennent encadrer l'écran, un point sur lequel Apple ferait bien de s'améliorer au vu de la concurrence à écran borderless.

Le clavier de 4ème génération (2019) bénéficie de nouveaux mécanismes censés régler les fameux problèmes de blocages du clavier papillon. A ce sujet, Apple étend sa garantie de 4 ans sur tous les claviers de la gamme MacBook, de quoi rassurer (ou non) les réfractaires. Quoi qu'il en soit, le clavier préserve sa frappe particulière avec une course très courte, un toucher ferme et un bruit sec. L'ensemble de touches est rétro-éclairé de blanc sur plusieurs niveaux (15) mais ne compte toujours pas de pavé numérique même si l'espace de chaque côté du clavier est important. Il s'agit en réalité d'un compromis réalisé pour glisser deux haut-parleurs face à l'utilisateur et soigner la qualité sonore du PC, bluffante.

Il surplombe un touchpad en verre immense. Sa sensibilité Force Touch est parfaite avec un contrôle très précis du curseur et la détection de la pression. Un mot également sur la Touch Bar qui remplace les touches de fonction FN au dessus du clavier. Celle-ci consiste en un écran multitouch dont l'affichage varie selon le contexte applicatif. Un plus pour l'ergonomie donc, même si elle est souvent décriée en raison du nombre trop limité d'applications qui en tire parti.

Poursuivons avec la connectique qui demeure résolument tournée vers le futur. Seuls quatre ports USB 3.1 Type-C Gen2 Thunderbolt 3 et une prise casque répondent présent, ce qui soulève depuis 2016 de nombreuses critiques. Bien que polyvalente, cette interface exige l'usage d'adaptateurs (parfois couteux) pour y ajuster la plupart des périphériques usuels. Ses possibilités sont toutefois uniques comme le fait de brancher deux écrans externes 5K simultanément. A noter que la webcam Facetime HD 720p est loin de faire l'unanimité.

L'écran de l'Apple MacBook Pro 15 2019

Rien ne change non plus au niveau de l'écran Retina, superbe. Avec une définition native de 2880 x 1800 pixels sur une dalle IPS de 15,4 pouces, on n'a pas vraiment droit à du 4K (3840 x 2160 px) mais le rendu est définitivement meilleur que du Full HD (1920 x 1080 px). Apple donne la luminosité maximale autour de 500 nits, de quoi contrer les reflets de la dalle brillante, ainsi qu'une couverture colorimétrie P3 qui correspond à 100% du sRGB et la quasi totalité de l'espace AdobeRGB. De bonne augure pour la vidéo et retouche photo donc, même si l'usage d'un écran externe 100% AdobeRGB reste l'idéal pour les professionnels.

Quelques commodités logicielles s'ajoutent comme la prise en charge de TrueTone qui va ajuster la balance des blancs automatiquement en fonction de la température de couleur de la lumière ambiante, ce qui est censé créer une image plus naturelle. Le mode Night Shift va quant à lui réduire les tons bleus pour reposer les yeux le soir.

Performances et stockage de l'Apple MacBook Pro 15 2019

Apple ne s'en n'est jamais caché, le public cible de son MacBook Pro 15 est principalement constitué de graphistes, professionnels de la programmation et autres créatifs. C'est à eux que profite le "speed bump" de cette version 2019 avec l'arrivée des processeurs Intel de 9ème génération (Coffee Lake Refresh), des Core i7-9750H (6 cœurs, 2,6 Ghz, jusqu'à 4,5 GHz), Core i9-9880H (8 cœurs, 2,3 Ghz, jusqu'à 4,8 Ghz) et Core i9-9900HK (8 cœurs, 2,4 Ghz, jusqu'à 5 Ghz).

Le gain en performances est indéniable même si les tâches du quotidien ne s'en ressentiront pas forcément, déjà presque instantanées (1 ou 2 secondes gagnées tout au plus). Là où le MacBook Pro 15 prend son envol, c'est lorsque l'on touche aux programme de calcul, et d'autant plus s'il s'agit d'applications capables d'exploiter les 8 cœurs.

En soutient, l'ultrabook s'appuie sur 16 Go de RAM (soudée) DDR4 2400 MHz configurable jusqu'à 32 Go et sur un stockage SSD M.2 NVMe PCIe jusqu'à 4 To. Petite nuance toutefois concernant le stockage de la configuration de base (Hexa i7) cantonnée à seulement 256 Go de capacité (SSD), bien trop peu pour faire jouer sa créativité dans de bonnes conditions.

Pour ce qui est des processeurs graphiques, Apple continue sur sa lancée avec les Radeon Pro 555X et Radeon Pro 560X avec 4 Go de mémoire GDDR5 proposées par défaut. En option, les Radeon Pro Vega 16 et Radeon Pro Vega 20 avec 4 Go de mémoire HBM2 introduites dans la gamme fin 2018 proposent un appui plus tangible pour le calcul, notamment pour les programmes basés sur l'OpenCL. Par contre, inutile d'espérer jouer avec (ou alors sous Windows via Boot Camp), peu de titres étant disponibles sous MacOS. Le MBP 15 n'a rien d'une machine de jeu qui plus est (chauffe, bruit, framerate limité, etc.)

A ce sujet et pour en finir sur les performances, nous ne débattrons pas du phénomène de "throttling", forcément présent au vu de la finesse du châssis et de l'envergure des composants. Apple a fait le choix, discutable ou non, de privilégier le silence aux performances extrêmes et donc de paramétrer son système de refroidissement en conséquence. De fait, exploités en même temps, les CPU et GPU ne pourront jamais atteindre leur plein potentiel mais gardez en tête que très peu de workflows en souffriront réellement. Quant à la légitimité du Core i9 HK qui fait grimper le prix à des niveaux stratosphériques, nous vous laissons seuls juges. Mais à notre avis, choisir à la place de doubler le stockage serait plus utile.

Autonomie de l'Apple MacBook Pro 15 2019

Boost des performances oblige, la batterie Lithium-Polymère de 83,6 Wh a fort à faire. Misez sur un total de 6 heures d'autonomie en usage courant à polyvalent qu'il est possible de faire varier sensiblement à la hausse en limitant la luminosité et le nombre d'applications ouvertes par exemple. Vous pouvez aussi opter pour l'utilitaire Turbo Boost Switcher Pro qui permet de désactiver le mode Turbo Boost du processeur et ainsi tirer un peu moins sur la batterie, gagner en silence et en chauffe du boitier. Bien sûr, cela bride quelque peu les performances mais sans impact visible sur les tâches quotidiennes.

Notre avis sur les Apple MacBook Pro 15 2019 actuellement en vente

Résolument haut de gamme, le Macbook Pro 15 d'Apple est une machine à part, une sorte d'ovni dans le monde du PC portable. D'une part, en raison de son environnement Mac OS couplé à un l’écosystème entre les appareils Apple. Et puis parce que malgré une concurrence de plus en plus féroce, aucun constructeur n'a vraiment réussi à atteindre son niveau d'homogénéité, si ce n'est peut être le Dell XPS 15 (7590), seul ultrabook selon nous à pouvoir constituer une alternative. Bien sûr, les joueurs auront tout intérêt à regarder de côté des PC sous Windows.

Les détracteurs diront que c'est un gâchis d'argent et de performances mais nous pouvons gager sans prendre trop de risque que l'Apple MacBook Pro 15 a encore de beaux jours devant lui.

Comparez les Apple MacBook Pro 15 en vente actuellement

Photos de l'Apple MacBook Pro 15 2019