Apparu en 2011, le Chromebook a construit sa légitimité au fil des années, principalement aux Etats-Unis. En France, il commence seulement à trouver ses adeptes grâce à des arguments qui séduisent : simplicité, endurance, stabilité et petit prix.

Le HP Chromebook x360 12b sorti en 2019 s’annonce comme le parfait ambassadeur de ces valeurs auxquelles il ajoute la modularité de sa configuration convertible, le confort de son écran 3:2 et le côté solide et élégant de son design soigné. Coche-t-il pour autant toutes les cases du parfait Chromebook ?

Caractéristiques du HP Chromebook x360 12b-ca0005nf

Écran(s)12.0" HD 3:2 LED IPS 235 nits (1366x912, brillant)
ProcesseurIntel Celeron N4000 Gemini Lake (1.1 GHz, 2 cœurs)
Mémoire vive installée4 Go LPDDR4-2400 (soudée)
Carte graphiqueIntel UHD Graphics 600
StockageeMMC de 32 Go
Connectique1 USB 3.1 + 2 USB 3.1 Type-C (Gen1), microSD
RéseauWi-Fi ac (2x2), Bluetooth 5.0
Clavier rétro-éclairé-
Pavé numérique-
Windows Hello-
Système audio2 haut-parleurs
Système d'exploitationChrome OS
Autonomie annoncée / Batterie11 heures / Li-ion polymère 2 cellules 40,31 Wh
Poids / Dimensions (mm)1.35 Kg / 272 x 216 x 17.3

Châssis / Design du HP Chromebook x360 12

Vous ne suivez pas particulièrement l’actualité Chromebook ? Alors vous devez surement avoir en tête l’image du chromebook en plastique, surmonté d’un logo chrome coloré et à l’apparence un peu “cheap”. Sauf qu’en 2019, le secteur a largement revu ses standards et propose désormais des machines élégantes et bien conçues, à l’image du HP Chromebook x360 12.

A son approche, on remarque son dos “blanc céramique” à l'impression soyeuse qui crée un contraste doux avec la couleur aluminium de la base. C’est seyant, d’autant que HP a soigné les petits détails avec son logo et ses charnières miroir et la mention “Chrome” plus sobre qu’à l’accoutumée.

La prise en main confirme cette impression de qualité, malgré son petit poids de 1,3 kg. Le chromebook présente une belle unité, sans bords coupants, et ses surfaces externes opposent une résistance satisfaisante face à la pression. Son format plus compact qu'une feuille A4 (272 x 216 x 17,3 mm) est suffisamment compact passe quasi inaperçu dans un sac.

Vient ensuite le moment de l’ouvrir et de découvrir l’écran tactile qui recouvre les bordures noires, le tout contourné de blanc. A l’heure du borderless, certains pourront trouver le cadre noir un peu épais même si HP a fait un effort sur les bords latéraux (7 mm). Notez à ce sujet que comme il s’agit d’un convertible en tablette, il est bon de conserver des bordures assez larges pour éviter une erreur de saisie lors de la manipulation de l’appareil en mode tablette.

HP a utilisé du métal pour l’intérieur de sa base, un excellent point compte tenu du prix. Cette surface offre une rigidité appréciable et se révèle plus durable que le plastique / polycarbonate. Par contre, on peut lui reprocher son contact froid sous les paumes.

Un sans faute en matière de conception, d’ajustement des pièces, de finition ou d’esthétique. Le chromebook n’a rien de la machine pas cher

On a entre les mains un ordinateur convertible, c’est à dire que l’écran bascule à 360 degrés autour de la base. A ce jeu, les charnières inspirent confiance et imposent suffisamment de résistance pour ne pas entraver la manipulation tout en permettant à l’écran de ne “presque” pas rebondir à la manipulation, face à une frappe énergique par exemple. Et si l’envie vous prend d’utiliser le tactile pour fermer une fenêtre ou parcourir du contenu, l’écran ne se défilera jamais sous vos doigts.

Revers de la médaille, il faut s’armer de patience pour ouvrir le Chromebook malgré la petite encoche creusée à l’avant de la base, d’autant que le haut de l’écran est aimanté pour sécuriser la fermeture et l’unité de l’appareil en mode tablette. Quiconque n’ayant pas une petite longueur d’ongle devra donc s’y reprendre à deux fois et toujours à deux mains.

Connectique / Ports du HP Chromebook x360 12

Le Chromebook X360 12 fait fi de son petit format et propose une connectique plutôt bien fournie, composée de deux ports USB 3.1 Type-C Gen1 (5 Gbit/s, alimentation électrique 3.0, DisplayPort 1.2) - un de chaque côté - d’un port USB 3.1 Type-A standard, d’un lecteur de carte au format microSD et d’une attache antivol Kensington. On retrouve aussi le bouton Power intégrant une LED et les boutons de volume.

Le bord gauche cache également un espace magnétique pour y fixer un stylet (non fourni). C’est bien pensé.

Système audio du HP Chromebook x360 12

Positionnés derrière une grille placée juste au dessus du clavier, les haut-parleurs stéréo offrent une expérience sonore propre et puissante pour un 12 pouces. Le rendu est clair avec une bonne spatialisation et le volume maximum remplit une pièce sans trop de distorsions mais les basses sont étouffées et l’ensemble manque de profondeur.

Si l’intégration est esthétique et confortable lorsqu’on utilise le portable en position standard, la bascule de l’écran projette le son à l’arrière et c’est encore “pire” lorsque le Chromebook est posé sur une surface plane en mode tablette, le son est alors nettement dénaturé.

On préfèrera dans ce cas utiliser la prise casque qui offre un rendu sonore plus immersive et d’une belle intensité.

Clavier / Touchpad du HP Chromebook x360 12

Pour nous, le clavier de ce HP Chromebook est un point fort. Il remplit bien l’espace alloué par la base avec des touches assez larges (15,5 x 15,5 mm) espacées de 3 mm, sa course n’est pas trop courte et le retour est sensible. D'aucuns pourront trouver la sensation un peu molle et un certain manque d’efficacité.

Petite singularité liée à l'écosystème, une touche “loupe” d’accès rapide remplace la touche Maj Lock. Il n’y a pas non plus de touche Suppr et les touches de fonctions sont spécifiques à Chrome OS. L’adaptation est toutefois très rapide, que vous veniez d’un environnement Mac ou Windows.

Dans l’ensemble, la frappe est confortable et silencieuse, l’impact est doux et la disposition est classique. Les lettres tombent donc naturellement sous les doigts. Notons par ailleurs que les touches blanches contrastent bien avec le lettrage, ce qui permet d'oublier l’absence de rétro-éclairage.

C’est un bon clavier pour rédiger du contenu sans fatiguer

Parlons du touchpad à présent qui est suffisamment grand (125 x 82 mm) pour exécuter les gestes multi-touch sans entrave. La navigation à deux ou trois doigts est rapide et son revêtement légèrement rugueux en plastique n’est pas désagréable tant qu’on garde les doigts secs. C’est un pavé plutôt efficace qui fait le job en déplacement mais son clic un peu mou et peu précis vous fera vous tourner vers une souris dès que votre installation vous le permet.

Écran du HP Chromebook x360 12

Plusieurs points sont générateurs d'enthousiasme au sujet de l'écran. Dans un premier temps, ça ne fait aucun doute, on a affaire à une dalle IPS avec un affichage visible sous presque tous les angles. C’est indispensable pour un convertible mobile à ce jour.

Aussi, - et c’est surement là sa plus grande force - son format présente un ratio hauteur / largeur de 3:2 (comme le Microsoft Surface Laptop). Ce format moins allongé que le standard 16:9 est parfait en bureautique puisqu’il offre un affichage en mode portrait plus complet, c’est-à-dire qu’il nécessite moins de défilement pour une lecture et une navigation plus pratiques. A contrario, le visionnage de vidéo essuiera de plus larges bandes noires que sur du 16:9.

On récupère donc une définition native HD+ (1366 x 912 pixels), plus près du HD (1366 x 768 px) que du Full HD (1920 x 1080 px). Sur du 12 pouces, c'est tout à fait honnête même si l'affichage trahit davantage le positionnement "pas cher" de la machine avec un rendu un peu trop chaud, d'autant qu'aucun réglage n'est proposé par Chrome OS. Quoi qu'il en soit, on s'y adapte vite et cela n'empêche en rien de profiter de ses contenus. Notons en passant l’option d’éclairage nocturne programmable, très à la mode en ce moment.

Comme on fait face à une dalle brillante, la luminosité de l’écran se doit de combattre une bonne dose de reflets. Et force est d’admettre qu’à pleine puissance (235 nits selon HP), elle s’en sort bien. Dans une pièce claire avec de grandes ouvertures, nous n’avons jamais été forcé de déplacer le Chromebook par gène de reflets, même dos à une fenêtre. Bien sûr, on est loin du rendu des dalles haut de gamme du secteur mais à son niveau, le petit HP ne déçoit pas.

Le format 3:2 de l’écran est bienvenu pour la bureautique mais l’affichage manque de naturel

Le tactile est fonctionnel et répond très bien au doigt mais propose également un support du stylet USI pour Universal Stylus Initiative (4096 niveaux de pression).

Un mot sur la webcam “Wide Vision HD” à présent. Comme sur beaucoup d'ordinateurs d’entrée de gamme, ce n’est pas le dispositif qui va faire la différence ici mais elle a le mérite d’offrir un angle de prise de vue large, utile lors d’un appel vidéo en famille par exemple. Les couleurs sont assez fidèles qui plus est et le rendu détaillé, du moins lorsque la lumière de la pièce est suffisante. Un bruit important se manifeste dans le cas contraire.

La webcam est entourée de deux micros longue portée qui permettent d’interagir avec l’assistant Google avec une simple commande vocale "Ok Google". Si cette fonction est plus anecdotique que sur une enceinte dédiée (reliée à votre domotique par exemple), elle peut toujours être utile dans certaines situations où vous avez les mains prises. Soulignons à ce titre l’efficacité des micros qui captent votre voix depuis une distance de 10 mètre.

Performances du HP Chromebook x360 12

Chrome OS oblige, nous n’avons pas pu exécuter nos benchs habituels. Il faut dire aussi que par définition, la puissance n’est pas le cheval de bataille d’un Chromebook, notamment au regard du petit Intel Celeron N4000 Dual Core (1,1 Ghz) qui anime notre HP Chromebook x360 12b.

Nous allons donc juger les ressources du laptop de manière plus subjective. Pour cela, nous avons lancé une dizaine d’onglets de toute sorte sous Chrome. Si switcher entre les onglets en glissant trois doigts sur le touchpad était fluide, le lancement de l’onglet “Fichier” accusait quelques secondes, tout comme l’affichage d’une page internet complexe (ici le site Cdiscount) avec un scroll un peu saccadé.

On parle là de quelques secondes de latences qui peuvent tout aussi bien passer inaperçu chez la plupart d'entre vous. Dites-vous donc que globalement, il n’y a rien à craindre dans le cadre d’un usage classique, tout est réactif. Le processeur prend en charge tout ce que Chrome OS a à offrir, de la navigation au traitement de texte en passant par le streaming vidéo, avec même quelques possibilités en jeu. Bon, les plus observateurs pourront constater un affichage des textures pas toujours instantané sur un jeu comme Asphalt 8 et quelques ralentissements dans les actions, mais là encore, rien qui ne gâche réellement l'expérience.

Naviguer sur ce HP Chromebook x360 12 n’est jamais frustrant

Le reste de la fiche technique est tout aussi discret dans la configuration testée (12b-ca0005nf) avec l’appui de 4 Go de mémoire vive et d’un stockage eMMC de 32 Go. En soi, là encore, ces specs ne constituent pas un frein dans un cadre habituel. D’autant que le faible espace de stockage peut éventuellement être étendu via le port microSD.

Un mot sur Chrome OS

L’environnement Chrome OS est un système en ligne (cloud computer), c’est-à-dire qu’il stocke l’essentiel des fichiers et données qui ne sont pas utiles au système dans le cloud. C’est pourquoi les 32 Go de stockage intégré n’ont rien d’alarmant.

Pour utiliser Chrome OS, vous devez vous connecter avec votre compte Google. Ça vous donne accès à tous les services Google, comme Gmail, Maps, Docs, Sheets et Drive. Vous avez également la possibilité de télécharger des applis, extensions et autres thèmes pour personnaliser votre Chromebook dans le Chrome Web Store. Quelques jeux sont aussi disponibles, de même que tous les outils de productivité comme la messagerie professionnelle Slack, Word ou Excel mais pour ces derniers, il faudra d’abord acheter Office365.

Pour aller plus loin, Chrome OS ouvre également sur le Play Store et sur la multitude d’applications offerte par ce catalogue Android : Netflix, réseaux sociaux, Spotify, VLC et même Adobe Lightroom (version mobile). A savoir que la majorité des applications Android tournent sans problème sur un Chromebook mais sont optimisées pour fonctionner en tactile. Les piloter avec un clavier et une souris n’est donc pas toujours agréable.

Autre précision, ce HP Chromebook x360 12 permet d’installer Linux très simplement, de quoi accéder à d’autres logiciels encore, si peu qu’on soit suffisamment à l’aise avec le terminal. Et les quelques joueurs qui seraient frustrés par les capacités de cette petite machine peuvent toujours se tourner vers Google Stadia, un service de cloud gaming à la demande exécuté à distance, qui ne fait donc pas appel aux ressources du Chromebook.

Bruit / Températures du HP Chromebook x360 12

C’est un domaine dans lequel un Chromebook n’a pas trop à s’en faire. En effet, son refroidissement est géré passivement, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de ventilateur à l’intérieur du châssis pour évacuer l’air chaud. Dans un même temps, son petit processeur (6w) ne dégage que très peu de chaleur.

Pas un bruit ou un degré plus haut que l’autre

Le x360 12b est parfaitement silencieux et la répercussion calorifique est quasi inexistante si ce n’est une légère sensation de chaud sur la partie gauche sous la base lors du chargement de la batterie ou lors d’une partie endiablée sur Asphalt 8.

Autonomie / Batterie du HP Chromebook x360 12

Avec sa batterie Li-ion Polymère de 40,31 Wh, le HP Chromebook x360 12 offre une autonomie moyenne de 10h45 via Wifi (luminosité moyenne niv. 10/16). En mode avion avec la luminosité au minimum, son endurance monte à près de 30 heures tandis qu’un usage un peu plus exigeant comme le jeu fera baisser le total à 4h30.

Par ailleurs, le mode veille est performant. Il est tout à fait possible “d’oublier” son Chromebook au fond du sac et de le reprendre 3 jours plus tard pour continuer son travail sans délai, et ce à plusieurs reprises.

Pour une machine mobile, l’adaptateur secteur USB-C de 45W est un peu encombrant (283g) mais prévoit 2,8 m de câble pour garder de l’amplitude de mouvement. Mieux encore, grâce à la recharge via USB-C, vous pouvez embarquer une batterie externe dans vos déplacements et profiter ainsi d’une autonomie démultipliée sans approcher une seule prise de courant.

Notre avis sur le HP Chromebook x360 12

Si le HP Chromebook x360 12 n’est pas fait pour tout le monde en raison des limites inhérentes à Chrome OS et à sa petite config, il marque tout de même un bel écart avec la concurrence sous Windows 10 (S) et a fière allure aux côtés des autres Chromebook du marché.

Partant d’un petit prix sous les 300 euros, il conjugue un beau design robuste, léger et confortable à transporter, une autonomie qui dépasse les 10 heures, un format convertible en tablette modulable et un système simple et fonctionnel. C’est déjà beaucoup demandé à ce niveau.

Bien sûr, quelques éléments pêchent comme le rendu de l'image pas très naturel ou les petites performances mais il s’agit de sacrifices cohérents et tout à fait acceptables compte tenu du prix de vente.

Le HP Chromebook x360 12 offre un rapport qualité/prix incomparable

En bref, le HP Chromebook x360 12 est clairement une machine à recommander si vous cherchez une solution petit budget pour la bureautique, facile à manipuler. D’autant que Chrome OS n’est jamais mieux loti que dans un convertible compact au vu de sa conception.

4 out of 5 stars

Le HP Chromebook x360 12 obtient la note de 4/5

Points forts
Châssis élégant de bonne qualité
Modularité du convertible
Autonomie excellente et veille efficace
Petit prix
À revoir
Ecran peu naturel
Configuration légère avec 4 Go de RAM

Comparez les configurations du HP Chromebook x360 12 disponibles en ligne