Ces derniers années, la quête ultime de tous les fabricants de PC portables gamers consiste à créer une machine assez puissante pour rivaliser dans les benchs, mais aussi assez mince pour ne pas ressembler à un outil de jeu criard et pour offrir un peu de mobilité. C'est un équilibre difficile à trouver, que MSI avait déjà réussi à compiler dans son MSI GS65 Stealth Thin de 2019. Mais pour 2020, le fabricant revoit presque entièrement sa copie et présente le MSI GS66 Stealth, plus discret dans le design et équipé des derniers composants en 2020 (CPU Comet Lake-H et RTX Super), d'un écran 300 Hz et d'une batterie colossale (99,9 Whr). Avons-nous là le must-have de l'ultrabook gamer pour 2020 ? C'est ce que nous allons découvrir à travers les avis combinés de nos confrères du web.

Points forts
Design élégant et robuste
Écran 300Hz excellent et ouvrable à 180 degrés
Bonnes performances graphiques (2080 Super Max-Q)
Grosse batterie 99.9 Whr
À revoir
Nuisances sonores élevées
Positionnement clavier étrange

Caractéristiques techniques du MSI GS66 Stealth

Ecran15.6" Full HD LED IPS 240 Hz ou 300 Hz (1920x1080, antireflet)
ProcesseurIntel Core i7-10750H Comet Lake (2.6 GHz, 6 cœurs), Intel Core i9-10980HK Comet Lake (2.4 GHz, 8 cœurs)
Mémoire vive16 Go (2 x 8 Go) DDR4 2666 MHz (64 Go max), 2 slots
Espace de stockage2 slots SSD M.2 PCIe Gen3
Carte graphiqueNVIDIA Turing GeForce RTX 2060 6 Go GDDR6 dédiés, NVIDIA Turing GeForce RTX 2070 Max-Q 8 Go GDDR6 dédiés, NVIDIA Turing GeForce RTX 2070 Super Max-Q 8 Go GDDR6 dédiés, NVIDIA Turing GeForce RTX 2080 Super 8 Go GDDR6 dédiés
RéseauWi-Fi ax (Intel Wi-Fi 6 AX201), Bluetooth 5.0, Ethernet Gigabit (RJ45)
Connectique3 USB 3.2 + 1 USB 3.2 Type-C (Gen1) + 1 USB 3.2 Type-C (Gen2) Thunderbolt 3, HDMI
Poids / Dimensions2.1 Kg / 358.3 x 248 x 19.8

MSI GS66 Stealth : un design plus robuste et plus passe partout

"C'est la classe pure". Tomshardware n'est pas le seul à trouver ce MSI GS66 Stealth particulièrement attrayant. Tous les testeurs y vont de leur petit commentaire concernant le look de la bête, qui "mérite des éloges pour sa conception simple, qui ne fait pas immédiatement penser à un PC de jeu" pour Notebookcheck ou dont le "look sablé Core Black a un attrait plus large et peut se fondre dans des environnements plus professionnels" pour PCMag. Mais le testeur précise qu'il préférait les détails dorés du GS65 plutôt que cette esthétique noire ton sur ton trop quelconque à son goût, et qui marque un peu trop les traces de doigts par ailleurs.

Un autre élément de design a mis tout le monde d'accord cependant, le gain visible en robustesse. En effet, MSI semble avoir tenu compte des remarques concernant le GS65 puisque le GS66 n'est presque pas sensible à la torsion ou à la flexion. Cela permet à Notebookcheck d'affirmer que "le GS66 est maintenant parmi les représentants les plus robustes de sa catégorie de PC mince et léger" et d'enchainer : "en raison de la conception plus robuste, l'épaisseur est passée de 18 à 19,8 mm et le poids de 1,9 à 2,1 kg", ce qui est tout à fait compréhensible. A ce sujet, PCMag rajoute "après une obsession de la minceur dans le secteur, nous avons vu plusieurs fabricants reculer légèrement, au moins sur les ordinateurs portables de jeu. Ils ont semblé se rendre compte que les gains en performances et en fonctionnalités fournis par un dixième de mm supplémentaire l'emportaient sur les avantages d'une conception imperceptiblement plus mince". Même avec les changements opérés sur la silhouette, il reste au même niveau qu'un concurrent de premier plan comme le Razer Blade 15 même si Engadget juge que "cela enlève un peu au lustre de la marque Stealth, surtout si l'on considère une machine comme la Zephyrus G14 ne pèse que 1,7 kg".

Une connectique complète

Installer le MSI GS66 Stealth dans un boitier un peu plus épais vient aussi avec quelques avantages, comme une connectique variée. Il est vrai que le PC comprend de nombreuses interfaces, dont un port USB Type-C avec Thunderbolt 3 (qui peut être utilisé pour charger, mais pas pour alimenter l'appareil pendant le jeu), un autre port USB Type-C Gen1, trois ports USB 3.1 Type-A et une sortie HDMI. La bonne surprise vient du port Ethernet, "une aubaine pour les joueurs qui souhaitent une connexion plus rapide et plus stable" complète PCMag. Cependant, les futurs acheteurs doivent se passer d'un lecteur de carte ou d'un verrou Kensington. Par ailleurs, "il n'y a pas de lecteur d'empreintes digitales ou de caméra infrarouge sur l'appareil, alors soyez prêt à taper vos mots de passe" regrette Tomshardware. Aucun compromis sur la connectivité (Wifi 6 AX, LAN, BT 5).

Ouvrir le MSI GS66 Stealth : une opération délicate mais désormais utile

Là encore, le nouveau châssis du GS66 change la donne puisque les options de maintenance se sont considérablement améliorées. "Alors que dans le GS65, seuls les ventilateurs, la puce Wi-Fi et la batterie étaient accessibles, dans le GS66, vous pouvez désormais accéder aux emplacements de stockage (2 x M.2), aux emplacements RAM (2x SO-DIMM) et au système de refroidissement" se réjouit Notebookcheck.

Cela dit, Tomshardware précise que "l'ouverture du Stealth nécessite un peu d'huile de coude". Neuf vis fixent la base au reste du châssis mais ce n'est tout, des clips serrés rendent la manœuvre un peu délicate mais il suffit de s'armer de patience et des bons outils pour en venir à bout.

Clavier et touchpad confortables mais au prix d'un petit temps d'adaptation

Si dans l'ensemble, taper sur le clavier s'est révélé une expérience agréable pour tous les testeurs en raison de son débattement suffisant de 1,5 mm et de sa rétro-action précise, quelques bizarreries de disposition viennent semer le trouble. Notebookcheck est le premier à mettre le doigt dessus et regrette que la "disposition ait été optimisée pour les jeux". En ce sens, la touche > est à un endroit inhabituel et la "barre espace légèrement déplacée vers la droite conduit à des touches Fn et Ctrl inconfortablement petites et soudées". Tous les testeurs partagent son sentiment, Tomshardware soulignant également la frappe un peu lâche de la barre espace. Le clavier dispose d'un rétro-éclairage multicolore par touche qui peut être contrôlé dans le logiciel SteelSeries Engine 3.

Heureusement pour Engadget, MSI a révisé le touchpad du GS65 qu'il jugeait étroit et rigide. Sur le MSI GS66, il est "plus large et nettement plus réactif" et "surtout, il peut réellement distinguer les clics gauche et droit maintenant". Il prend en charge les gestes multi-touch en douceur et sans hoquet.

Enfin, Notebookcheck note le côté assez peu silencieux du clavier comme du touchpad, expliquant que "le GS66 n'est adapté que dans une mesure limitée à un environnement calme comme les bibliothèques".

Ecran du MSI GS66 Stealth : le premier dans l'action

Qualifié de "star du spectacle" par Engadget ou inversement d'"argument d'achat" par Notebookcheck, l'écran du MSI GS66 Stealth est pourvu d'un rafraichissement de 300Hz et proposé aussi dans une option à 240Hz. Pour ce dernier testeur, "ces nouveaux sauts de fréquence deviennent de moins en moins perceptibles (le passage d'un écran de 60 Hz à un écran de 144 Hz a un effet beaucoup plus visible) et les cartes graphiques ne peuvent que rarement fournir les nombres fps correspondants". Passé l'enthousiasme, les autres testeurs font un peu le même constat, comme PCMag qui pose la question "Quelqu'un a-t-il besoin d'un taux de rafraîchissement aussi élevé ?", avant de poursuivre "l'utilisateur moyen, et même le joueur moyen, se contentera de 60 Hz et pourrait très bien ne jamais remarquer de fréquences d'images plus élevées. Même les joueurs hardcore qui jouent généralement à des jeux basés sur des histoires à gros budget peuvent se contenter de 60 images par seconde. Là où les taux de rafraîchissement élevés brillent vraiment, c'est sur les jeux multijoueurs comme les jeux de tir et les MOBA (Counter-Strike, Fortnite, Apex Legends, Rainbow Six: Siege, League of Legends, etc). Avec un écran rafraîchissant plus souvent, l'action est mise à jour plus fréquemment pour vos yeux (et semble physiquement moins agitée), vous donnant un avantage concurrentiel. Ces jeux sont intentionnellement peu exigeants visuellement, vous pouvez donc pousser les fréquences d'images très haut, même avec des détails élevés".

Concernant les autres specs de l'écran, il s'agit d'une dalle de 15,6 pouces IPS à la définiton Full HD (1920 x 1080 px) antireflet. Une caractéristique singulière est son angle d'ouverture important, "on ne voit presque jamais de configuration avec ouverture d'écran à plat dans un ordinateur portable de jeu" remarque Notebookcheck. La colorimétrie est correcte (100% sRGB, 65% AdobeRGB), la luminosité est passée d'environ 282 à 311 nits, ce qui rend le GS66 légèrement plus adapté à une utilisation en extérieur et Le contraste est maintenant d'environ 1500:1 au lieu des 900:1 précédents.

De bonnes performances, surtout graphiques

Le MSI GS66 Stealth est propulsé au choix par un Core i7-10750H Hexa Core ou par un Core i9-10980HK Octo Core, des processeurs Comet Lake-H 10ème gen. Seul le testeur Notebookcheck a eu entre les mains le Core i9 et remet un peu en cause son utilité à l'intérieur du GS66. En effet, compte tenu du format compact du GS66, le Core i9-10980HK n'utilise son Turbo que dans une mesure limitée. "Des 5,3 GHz théoriquement possibles, il ne reste que 4,3 à 4,9 GHz lors d'une charge monocœur. Lorsque tous les cœurs sont chargés, la fréquence tombe à 3,6 - 3,9 GHz, ce qui n'est pas mal du tout, mais reste derrière le potentiel du CPU". Cela rend le rapport qualité-prix déjà maigre encore plus discutable. Pour cette raison, le testeur préfère recommander le Core i7-10750H également très rapide mais moins exigeant.

Pour ceux qui ont pu tester un modèle avec Hexa Core, les avis sont un peu plus élogieux. "Parfaitement productif" ou "très bon pour le multimédia", le processeur figure en bonne place dans les différents benchs, de quoi assurer un support solide pour les tâches nécessitant l'appui multicoeurs. Toutefois, Tomshardware suspecte que "des problèmes de refroidissement conduisent à des performances inférieures à celles de certaines machines concurrentes". Par ailleurs, les processeurs Ryzen Renoir série 4000 lui font également de l'ombre dans les tâches multimédia.

Pour la partie graphique, les GeForce RTX 2070 Super Max-Q et GeForce RTX 2080 Super Max-Q testées s'en sortent très bien. "Tant que vous ne connectez pas un moniteur QHD ou UHD, le RTX 2070 Super Max-Q affiche tous les jeux actuels en douceur avec un maximum de détails" raporte Notebookcheck. De même, Engadget fait état de "qualité de jeu épique dans Overwatch" avec la même carte graphique. Quant à Tomshardware et PCMag qui ont testé la RTX 2080 Super Max-Q, le constat montre bien une supériorité face à son ancienne version non Super, offrant un gameplay parfaitement fluide sur tous les jeux du marché, même si pour essayer de tirer profit de l'écran 300Hz, les détails devront être baissés drastiquement.

MSI GS66 Stealth : des nuisances en perspective

Le bruit est un élément particulièrement compliqué à maitriser pour les constructeurs, d'autant plus avec une telle configuration intégrée dans un châssis fin. Malheureusement, "MSI prend le mauvais exemple des concurrents, laissant les ventilateurs fonctionner à très grande vitesse en jeu avec 48 à 53 dB" rapporte Notebookcheck.

Même si la GS66 fait mieux en mode veille (heureusement), le testeur n'est pas forcément plus convaincu. "Le fait que les ventilateurs ne soient jamais désactivés dans les paramètres de Dragon Center n'est même pas le vrai problème. Ce qui s'avère beaucoup plus ennuyeux dans la pratique, c'est la fluctiation intermittente du ventilateur. Des tâches soi-disant simples telles que la vidéo, le Web et les installations / mises à jour ont également tendance à forcer les fans à produire leur bruit soudain". [N.D.L.R : MSI a diffusé un nouveau BIOS qui selon eux corrige les problèmes de bruit en IDLE]

Les températures grimpent elles aussi assez haut, mais sans grande surprise compte tenu de la configuration de l'ultrabook. Sous la base, les surfaces sont chaudes au toucher mais les composants restent à un bon niveau, même si le Core i9 tourne parfois autour des 90°C.

Une batterie impressionnante, l'autonomie un peu moins

Cela faisait partie des grands arguments de MSI à la présentation de son GS66 Stealth. L'ultrabook intègre une batterie de 99,9 Whr, soit la capacité maximum qu'il est possible d'embarquer dans un avion. Cependant, compte tenu de la grande capacité, l'autonomie est un peu décevante. D'accord, jusqu'à 8,5 heures dans des conditions idéales (IDL, luminosité minimale de l'écran) et environ 6 heures de navigation sur Internet via Wifi (luminosité moyenne) sont des résultats respectables pour un ordinateur portable haut de gamme gamer, mais pas aussi impressionnant qu'attendu. Tous les testeurs tablent sur une autonomie en usage courant entre 6 heures et 6 heures 30.

Donc, apparemment, la gestion de l'alimentation du GS66 n'est pas tout à fait optimale ou la combinaison de l'écran et des composants dernier cri est très gourmande en énergie.