L'Acer Swift 3 est un PC portable très présent dans le milieu de gamme, offrant un très bon rapport qualité/prix et battant souvent la concurrence sur la solidité du châssis ou l'autonomie. Il propose également de multiples configurations, sous Intel comme sous AMD, et s'impose d'ailleurs comme le premier ultrabook à intégrer les derniers processeurs AMD serie 4000 Renoir, des Hexa Core et Octo Core basse consommation. Les performances devraient s'en ressentir très nettement et bousculer les codes instaurés par Intel à ce niveau de prix. Mais tout ordinateur portable dans la fourchette 600€-800€ doit faire des compromis quelque part, et sur le Swift SF314-42, c'est au niveau de l'écran et du touchpad. S'agit-il de concessions acceptables à ce niveau (de performances) ? C'est ce que nous allons découvrir à travers les commentaires combinés de nos confrères du web.

Points forts
Performances extravagantes pour le prix
Châssis léger de qualité
Clavier confortable
Autonomie correcte
À revoir
Écran sombre, pauvre en couleurs et contraste
Touchpad capricieux

Caractéristiques techniques de l'Acer Swift 3 SF314-57

Ecran14" Full HD IPS LED ComfyView à bords fins (1920x1080, antireflet)
ProcesseurAMD Ryzen 5 4500U Renoir (2.3 GHz, 6 cœurs), AMD Ryzen 7 4700U Renoir (2.0 GHz, 8 cœurs)
Mémoire vive8 Go, 16 Go LPDDR4X 3200 MHz (soudés)
Espace de stockageSSD M.2 NVMe PCIe 512 Go, SSD M.2 NVMe PCIe 1 To
Carte graphiqueAMD Radeon Vega 6, AMD Radeon Vega 7
RéseauWi-Fi ax (Intel Wi-Fi 6 AX201), Bluetooth 5.0
Connectique1 USB 2.0 + 1 USB 3.2 + 1 USB 3.2 Type-C (Gen2), HDMI 1.4
Dimensions / Poids323 x 219 x 17.95 / 1.2 kg

Design de l'Acer Swift 3 SF314-42 : l'élégance dans la simplicité

Tout aussi "quelconque" qu'il soit, le look de l'Acer Swift SF314-52 n'a pas laissé les testeurs indifférents. D'ailleurs, les commentaires sont assez disparates, certains prenant en considération le prix assez bas de la machine et jugeant le tout plutôt "premium" en comparaison (Anandtech) et d'autres cherchant les petites faiblesses de robustesse et désapprouvant son design pas très sexy.

Quoi qu'il en soit, le boitier est en aluminium et pour cette gamme de prix, il y a de quoi complimenter Acer. "Le châssis est très robuste, avec peu ou pas de flexion, peu importe comment vous l'attrapez" remarque Anandtech tandis que DigitalTrends préfère pointer les points désagréables comme "la bordure sous l'écran épaisse et le cadre en plastique noir texturé ou le grand nombre d'autocollants qui recouvrent le châssis". Pour Tomshardware, on est plus sur une "approche utilitaire en matière de design visuel. Enveloppé dans une coque grise sans détails extérieurs à part un logo Acer argent réfléchissant à l'arrière, il n'y a pas grand chose pour le différencier de ses concurrents à première vue". Le testeur trouve aussi quelques faiblesses aux surface sous la pression, mais c'est tolérable.

À seulement 1,2 kg sur la balance, le 14 pouces est extrêmement portable et avec un ratio écran/boitier de 83% et un format 323 x 219 mm pour 18 mm d'épaisseur facilement transportable. Le Swift bat largement les mensurations du Microsoft Surface Laptop 3.

Du choix dans la connectique mais pas de modernité

On retrouve un peu les mêmes commentaires au sujet de la connectique de ce Swift SF314-42 : variée mais pas dernier cri. L'absence de Thunderbolt 3 est nettement pointée du doigt, mais s'agissant d'une technologie propriétaire d'Intel, Acer ne pouvait pas faire de miracle de ce côté là. Autrement, le Swift rassemble deux ports USB Type-A, un USB 2.0 à droite et un USB 3.1 à gauche, un port USB 3.1 Type-C qui supporte l'alimentation et la sortie DisplayPort ainsi qu'une sortie HDMI et un verrou Kensington.

L'Acer Swift SF314 s'ouvre sans difficulté mais l'évolutivité est limitée

En matière de maintenance, le Swift est au même niveau que la plupart des ultrabooks de sa catégorie. Son ouverture ne pose pas plus de problème que ça, après avoir retiré les 11 vis visibles à l'aide d'un tournevis cruciforme et soulevé la plaque à l'aide d'un outil plat (type médiator). Cela donne "accès au SSD, à la batterie et à la carte Wi-Fi, qui sont tous facilement remplaçables" commente Tomshardware. Malheureusement, la RAM est soudée, alors assurez-vous de choisir un total qui vous convient lors de votre achat.

Clavier : top ; Touchpad : flop

Dans l'ensemble, le clavier de l'Acer Swift 3 SF314-42 a reçu un accueil favorable. "C'est agréable d'avoir un clavier qui n'est pas trop rigide" juge PCWorld tandis que Tomsharware remarque le "retour réactif des touches et l'impression de solidité lors de la frappe". Même constat pour Anandtech qui relate "une sensation de clavier étonnamment bonne avec des touches solides qui ont un bon niveau de pression et de rétro-action".

Le rétro-éclairage du clavier brille clairement à travers la police transparente sur les touches. Il n'y a que deux réglages - on et off. Anandtech note à ce sujet que "le rétro-éclairage blanc sur les touches argentées peut provoquer des problèmes de contraste en lumière vive, mais l'effet n'est pas aussi prononcé que sur certains autres appareils".

Pour le touchpad, c'est une toute autre affaire. "Il est en plastique, ne suit pas le doigt très facilement et possède un mécanisme de clic fort" résume Digital Trends, le qualifiant de pavé tactile typique des machines d'entrée/milieu de gamme avant de préciser qu'"il est cependant un peu plus grand que ceux de certains autres ordinateurs portables pas chers et prend en charge les gestes Windows Precision". Les autres testeurs ont fait les même remarques globalement, appuyant sur sa navigation peu précise.

Acer a également pourvu son Swift SF314-42 d'un lecteur d'empreinte digital pour s'authentifier d'un toucher du doigt à sa session. Il n'a fait défaut à aucun moment quelque soit le modèle testé. Il n'y a pas de webcam infrarouge.

L'écran de l'Acer Swift 3 SF314-42 : le compromis

L'écran est sans doute là où Acer a fait le plus de compromis sur son ultrabook Ryzen. "Décevant à tout point de vue" selon Digital Trends. Il dispose d'une luminosité maximale autour de 230 nits et couvre que 64% de l'espace colorimétrique sRGB. Le premier paramètre rend difficile la visibilité de l'image par forte luminosité ambiante et le second n'est pas forcément préjudiciable pour l'usage courant mais devient un problème si vous effectuez un travail impliquant des couleurs, qu'il s'agisse de photographie, de montage vidéo ou de conception graphique. "À quoi servent les performances de montage vidéo rapide si vous ne pouvez pas faire confiance aux couleurs sur votre écran ? Le Swift 3 n'est pas idéal pour la photographie ou la vidéo pour cette raison. Il peut exécuter ces applications, mais vous devrez connecter un moniteur externe pour obtenir des couleurs précises" conseille le testeur.

Acer Swift SF314-42 : des performances multi-core impressionnantes

Le nombre de cœurs fait la renommée des processeurs AMD Ryzen de 3e génération. C’est ce qui les distingue des processeurs Intel. Acer intègre dans son ultrabook des Ryzen 5 4500U Hexa Core et Ryzen 7 4700U Octo Core basse consommation, ce dernier étant celui testé par l'ensemble des testeurs. Huit cœurs, c'est loin d'être anecdotique et le double du montant que vous trouverez dans une puce Intel rivale de 10e génération.

Pourquoi le nombre de coeurs est-il si important ? Quatre coeurs supplémentaires devraient, en théorie, faire preuve de meilleures performances dans les tâches clés que la plupart des ordinateurs portables pas chers ne peuvent pas aborder. Les applications de la suite Adobe sont un bon exemple.

Cela ne signifie pas pour autant qu'il peut rivaliser avec d'autres ordinateurs portables à huit cœurs. Il y a deux raisons à cela. Le premier est que l'Acer Swift 3 repose sur le Ryzen 7 4700U au TDP 15 watts, une enveloppe thermique limitée qui ne laisse pas beaucoup d'envergure en termes de performances. Le Ryzen 7 4700U n'a pas non plus de multi-threads simultanés (8 coeurs / 8 threads) contrairement aux autres Octo Core du marché qui agissent comme 16 cœurs virtuels.

Dans la pratique, les charges de travail telles que le rendu et d'autres travaux créatifs sont donc les points forts de la plate-forme, les logiciels pouvant exploiter le multi-core étant directement gagnants ici. En revanche, vous n'y verrez pas grande différence sur la bureautique courante, le Ryzen 7 se plaçant au même niveau qu'un Intel Core i7 de 10ème génération en bench Single Core. "Il peut rivaliser avec certains ordinateurs portables de jeu et de création de contenu dans les tâches axées sur le processeur" explique PCWorld.

Côté graphiques, la Radeon Vega 7 intégrée au processeur profite du nouveau processus de gravure du processeur et bien qu'elle ne se destine pas au jeu à proprement parler, elle constitue un support appréciable pour créer et jouer occasionnellement, dépassant les Iris Plus G4 et Iris Plus G7 des Intel 10ème gen. Cependant, sachez qu'Acer n'a pas forcément réussi à tirer le meilleur du processeur et qu'exploité à plein régime avec l'iGPU (comme pour le jeu), il occasionnera un effet de throttle innévitable, de même que de la chaleur importante, mais nous y reviendrons. Pour les joueurs, Tomhardware a par exemple lancé Dirt 3 en 1080p, détails Medium avec une moyenne de 79 fps.

Ca chauffe à l'intérieur du Swift 3 SF314-42, mais sans trop faire de bruit

Mince, léger et performant. Voici l'équation que chaque constructeur de PC portable essaie de résoudre et malgré l'appui de ce nouveau processeur, Acer n'a pas relevé le defit comme espéré. En effet, mis à l'épreuve lors d'un "stress test", l'APU chauffe de façon importante jusqu'à voire son TDP chuter à 8W par moment. Cela n'a pas de répercussion sur les surfaces qui restent confortables quelque soit l'usage. Vous pouvez donc l'installer sur les genoux sans crainte.

De même, la ventilation est assez discrète tant qu'on ne le confronte pas à une session de jeu exigeante et prolongée. Vous ne devriez pas les percevoir en usage courant si ce n'est un léger souffle.

Autonomie du Swift SF314-42 : encourageante

Tous les testeurs n'ont pas obtenus les même résultats concernant l'autonomie du Swift Ryzen, dépendant principalement du profil de test mené pour obtenir des résultats. Les modèles testés par Digital Trends et Anandtech ont tous deux tenus autour de 6 heures au cours de leur test en conditions réelles tandis que PCWorld comptabilise 8 heures d'autonomie en lecture vidéo 4K (luminosité max, mode avion). De son côté, Tomshardware obtient plus de 11 heures d'autonomie sans préciser sa base de test.