Test Asus VivoBook Pro 15 OLED 3500 : revue de presse des reviews du web

15" OLED FHD, Ryzen 5000-H, RTX 3050 : un ultrabook polyvalent plein d'atouts

En 2021, Asus a décidé de doter un grand nombre de ses PC portable de dalle OLED, une technologie reconnue pour sa grande luminosité et sa richesse de contraste hors pair. On la retrouve donc au sein du nouveau VivoBook Pro 15 S/M3500, un ultrabook de milieu de gamme axé performances – avec un processeur AMD Ryzen Cezanne et une GeForce RTX 3050 en option – qui choisit de faire des compromis sur certains axes pour arriver à maintenir une tarification serrée. Les coupes ont-elles été bien dosées et le résultat est-il convaincant ? C’est ce que nous allons découvrir à travers l’analyse compilée de nos confrères du web.

Points forts
Écran OLED lumineux et coloré
Bonnes performances (RTX 3050)
Design léger et solide (pour du plastique)
Tarif compétitif
À revoir
Écran réfléchissant
RAM soudée
Connectique pas assez moderne

Caractéristiques de l’Asus Vivobook Pro 15 OLED S/M 3500

Ecran 15.6″ Full HD OLED 100% DCI-P3 Pantone 600nits à bords fins (1920×1080, brillant)
Processeur AMD Ryzen 5 5600H Cezanne (3.3 GHz, 6 cœurs), AMD Ryzen 7 5800H Cezanne (3.2 GHz, 8 cœurs)
Mémoire vive 16 Go DDR4 3200 MHz (dual channel, soudés)
Espace de stockage SSD M.2 NVMe PCIe 3.0 512 Go
Carte graphique AMD Radeon Vega intégrée (S3500QA), NVIDIA Ampere GeForce GTX 3050 50W 4 Go GDDR6 dédiés (S3500QC)
Réseau Wi-Fi ax (2×2), Bluetooth 5.0
Connectique 2 USB 2.0 + 1 USB 3.2 (Gen1) + 1 USB 3.2 Type-C (Gen1), HDMI 1.4, microSD
Poids / Dimensions 1.65 Kg / 359.8 x 235.3 x 18.9-19.9 mm

Design de l’Asus VivoBook Pro 15 OLED S3500 : du plastique mais bien employé

Asus nous a habitué à soigner l’apparence de sa série VivoBook, pourtant positionnée sur le milieu de gamme. Cet Asus VivoBook Pro 15 OLED S3500 ne fait pas exception à la règle. Le coloris des modèles reçus par les testeurs est flatteur : un bleu foncé appelé « Quiet Blue » que Notebookcheck juge « très beau visuellement » tandis qu’Ultrabookreview trouve l’esthétique de la finition mate sobre bien qu’ayant « tendance à marquer les traces de doigts« . Le testeur reproche également la profusion d’autocollants qui dénote avec le look global.

Par ailleurs, il fallait s’y attendre sur cette série, le châssis est composé essentiellement de plastique avec une plaque de métal appliquée au dos du couvercle. Notebookcheck note une « différence entre termes de stabilité et de toucher » par rapport à un châssis en métal avec quelques craquements remarqués à la manipulation et une « charnière d’écran pas assez ajustée« . Ce n’est pas de l’avis de Ultrabookreview qui ne note pas de rebond particulier de l’écran à la manipulation mais regrette toutefois son « angle d’ouverture à 130 degrés, ce qui peut être limitant dans certains cas« .

« Ce n’est pas non plus le plus fin des ordinateurs portables« , ajoute le testeur, mais sa silhouette est bien pensée pour laisser de la place aux composants, à la batterie et à la connectique tout en offrant un profil visuellement fin et flatteur, d’autant que le tout ne pèse que 1,7 kg sur la balance.

Une connectique un peu désuète

Jugée comme suffisamment variée par l’ensemble des testeurs, la connectique n’est cependant « pas vraiment à jour avec les attentes d’aujourd’hui » regrette Ultrabookreview. Il y a en tout trois ports USB Type-A sur cet ordinateur portable, un port HDMI, un port USB Type-C, un lecteur de carte micro SD et une prise audio. Cependant, l’USB-C ne prend en charge que la norme 3.2 Gen 1 et ne peut pas non plus être utilisée pour la sortie vidéo ou le chargement, et deux des trois ports USB-A ne prennent en charge que l’ancienne norme 2.0. Le HDMI est également obsolète (1.4b) et ne peut donc pas piloter un moniteur externe 4k à 60 Hz, souligne Notebookcheck.

Par ailleurs, la plupart d’entre eux sont positionnés sur le côté droit, ce qui signifie que les câbles peuvent encombrer la manipulation d’une souris si vous y connectez des périphériques. Un lecteur d’empreinte digital est dissimulé au niveau du bouton Power sur certains modèles comme celui d’Ultrabookreview, mais ce n’était pas le cas sur celui de Notebookcheck.

Maintenance facile mais très limitée

La plaque sous les boitier de l’Asus VivoBook Pro 15 OLED est fixée avec des vis Torx (T6) et peut être retirée facilement. Mais comme la mémoire RAM est soudée, les options de maintenance sont limitées au slot M.2-2280 du SSD et du module WLAN. Vous pouvez également nettoyer les ventilateurs. A ce sujet, Ultrabookreview précise : « Asus propose uniquement des configurations avec 8 ou 16 Go de RAM soudés, toutes avec de la mémoire DDR4-3200, alors assurez-vous d’avoir celle qui correspond à vos besoins dès le départ, car il n’y a aucun moyen d’en ajouter plus par la suite« .

Clavier et touchpad de l’Asus VivoBook Pro 15 : une machine à écrire fiable et confortable

Le clavier de ce VivoBook Pro 15 est identique à celui du VivoBook Pro 16X et présente un pavé numérique sur la droite aux touches plus compactes. L’expérience de frappe est correcte et suffisamment silencieuse selon Notebookcheck qui poursuit : « seules les touches plus grandes telles que les touches Entrée et Espace claquent un peu« . La touche Entrée reprend le motif rainuré du couvercle, elle est donc facile à identifier. Le clavier est rétro-éclairé de blanc sur trois niveaux d’intensité.

Pour Ultrabookreview : « ayant passé les dernières semaines avec ce clavier, je pense maintenant qu’il s’agit de l’une des meilleures machines à écrire dans cette catégorie de prix, avec des actionnements rapides, un retour fiable et le bon type de profondeur de frappe pour mon style de frappe« .

De son côté, le touchpad est particulièrement large (13 x 7,5 cm). Il est fait de plastique mais offre une navigation fluide et réactive. Seuls les bruits d’actionnement étaient assez forts d’après Notebookcheck.

Un écran OLED au rendu magnifique, mais très réfléchissant

Asus propose deux options d’écran 16:9 pour la série VivoBook Pro 15, une dalle IPS mate et une dalle OLED brillante, toute deux en définition Full HD (1920 x 1080 px) et non tactile. Tous les testeurs ont eu entre les mains l’option OLED. Grâce à la faible valeur de noir et au rapport de contraste extrêmement élevé qui en résulte, la qualité d’image subjective d’une dalle OLED est très bonne. Par rapport aux dalles IPS classiques, la couleur noire apparaît vraiment noire et les couleurs sont également très vives. Le VivoBook 15 Pro a ici un réel avantage par rapport aux concurrents dotés d’écrans IPS. La luminosité de 400 nits est uniforme et suffisante.

Cependant, d’après Notebookcheck, « même ce type de dalle n’est pas complètement exempt de problèmes« . Le testeur a notamment remarqué un phénomène de PWM (scintillement dynamique) à une fréquence de seulement 60 Hz à partir d’une luminosité de 60% ou moins. Cela pourrait entraîner des problèmes oculaires chez certains utilisateurs.

Par ailleurs, pour éviter les problèmes de marquage liés à l’OLED, Asus propose plusieurs fonctions, comme le décalage de pixels, ce qui n’est pas apparent en pratique. La barre des tâches peut être masquée automatiquement et l’économiseur d’écran est activé après 30 minutes par défaut. Tous ces paramètres peuvent être désactivés dans l’application MyAsus préinstallée. Notons également que la couverture colorimétrique est particulièrement large avec 100% DCI-P3 pris en charge, idéal pour le travail de la vidéo.

Mais s’il y a un grief à propos cet écran qui revient dans tous les tests, c’est le côté réfléchissant de la dalle brillante. Ultrabookreview note que la bonne luminosité n’arrive pas à combattre les reflets dans toutes les circonstances.

Des performances à la hauteur des attentes

Chaque testeur a eu en test une configuration avec un processeur AMD Ryzen 5 5600H ou Ryzen 7 5800H et une carte graphique dédiée GeForce Ampere RTX 3050 avec 16 Go de RAM. Une option sans carte graphique dédiée est aussi commercialisée (S3500QA/M3500QA) et repose donc sur la AMD Radeon Vega intégrée au processeur. Pour Notebookcheck, le Ryzen 5 (6 cœurs) a offert de très bonnes performances en mode Standard comme en mode Performance (personnalisable sur MyAsus), les performances restent également stables même sous une charge constante. De son côté, Ultrabookreview n’a pas davantage à reprocher à son modèle sous Ryzen 7 (8 cœurs) qui excelle surtout en multicoeurs même s’il est bridé à 54Wh pour limiter la chauffe.

Pour les tâches du quotidien – ou pour l’option sans GPU – la partie graphique est généralement gérée par la Radeon RX Vega 6/8 intégrée au processeur, qui est notamment capable de prendre en charge l’usage courant. Dès que vous avez besoin de plus de performances graphiques (pour les jeux par exemple), il bascule automatiquement sur la GeForce RTX 3050 dédiée. Selon le mode de performances, le GPU fonctionne avec 35 watts jusqu’à un maximum de 50 watts, donc globalement, cela se situe entre le bas et le milieu de la plage de performances de ce GPU.

La combinaison du processeur Ryzen et du RTX 3050 offre des performances de jeu décentes, et de nombreux jeux fonctionnent sans problème en Full HD, même avec des paramètres de détail maximum. « Il n’y a que dans les jeux très exigeants tels que « Cyberpunk 2077 » que vous devrez réduire les détails si vous voulez obtenir une expérience fluide » complète Notebookcheck.

Températures et nuisances sonores : rien à signaler

Asus a opté pour un système de refroidissement à double ventilateur et double caloduc, plus complexe que sur les VivoBook classiques, et identique au système testé dans le VivoBook Pro 16X, avec des caloducs plus longs et un ventilateur plus gros côté GPU, qui aident à contrôler les températures sous charge.

Contrairement au Pro 16X, les ventilateurs n’atteignent en moyenne que 42-43 dB sur le profil de performance de ce modèle VivoBook Pro 15, ce qui est plutôt silencieux pour un ordinateur portable de ce type.

Les ventilateurs restent inactifs sous une utilisation légère sur batterie et démarrent à peine face à du multitâche quotidien et branché au secteur. Ultrabookreview n’a pas non plus « remarqué de grésillement ou de bruits électroniques sur le modèle de test » avant de préciser : « mais assurez-vous de les tester sur le vôtre« . Quant aux températures extérieures, rien à redire, ni avec une utilisation quotidienne, avec le refroidissement principalement passif, ou face à des charges et des jeux exigeants. Le châssis reste sous les 40°C, avec de petits points chauds autour des radiateurs, à gauche des touches fléchées.

Autonomie de l’Asus VivoBook Pro 15 OLED : endurance honorable

Sur les écrans OLED, la consommation d’énergie dépend principalement du contenu, des images plus lumineuses entraînant une consommation plus élevée. Cependant, le VivoBook 15 Pro s’en sort plutôt bien lors des tests. Les testeurs ont tous relevé un total de 8 heures d’autonomie en moyenne lors d’une utilisation mixte organisée autour de la navigation web et du streaming vidéo sous Wifi.

Il faut un peu plus de 2 heures pour recharger complètement la batterie, mais vous aurez déjà 50% de disponible après à peine 26 minutes et 80% après 52 minutes (alors que le PC portable est allumé).

A savoir que les modèles sous OLED (ceux qui ont servis de test donc) disposent d’une batterie de 63 Whr, ce qui n’est pas le cas des variantes non OLED, livrées avec une batterie plus petite de 50 Wh, remarque Ultrabookreview.

Besoin d’aide pour choisir votre PC portable ?
LaptopSpirit vous propose un court questionnaire qui va nous permettre de bien comprendre vos besoins. Nous pourrons ainsi vous conseiller les ordinateurs portables les plus adaptés à votre utilisation et à votre budget !
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


+ 5 = 8