Au programme du jour, nous retrouvons les tests des Dell Inspiron 14z, HP Pavilion dm3 et Point of View Mobii ION.

Dell Inspiron 14z

Le Dell Inspiron 14z testé embarque un chipset Intel GS45+ICH9M, un processeur Core 2 Duo SU7300 (1.3 GHz), 3 Go DDR3 1066 MHz, un disque dur SATA de 250 Go à 5400 tr/min, une carte graphique Radeon Mobility HD4330 512 Mo dédiés, un écran 14’’ HD LED TrueLife d’une résolution de 1366×768, une webcam 1.3 megapixels avec 2 micros, un graveur DVD, un lecteur de cartes 7 en 1, 2 haut-parleurs de 2W et des connecteurs Wi-Fi b/g/n, VGA, ExpressCard34, Casque, Micro, Ethernet et USB 2.0 (x3).
Il pèse 2.08 Kg avec sa batterie 6 cellules 48.8Whr et tourne sous Windows 7 Familiale Premium 64 bits.

Son design est quasi identique à celui de l’Inspiron 14 et plutôt attractif. Sa conception en plastique et ses caractéristiques ne le positionnent pas sur le haut de gamme. Il plutôt solide mais certaines parties fléchissent comme l’arrière de l’écran.

Il est fin mais une fois la batterie 6 cellules intégrée, pas vraiment des plus légers pour un modèle CULV.
Au-dessous, il est possible d’accéder facilement à la mémoire vive et au disque dur à l’aide de trappes.

L’écran affiche de bonnes couleurs mais un contraste moyen. Sa résolution est classique. Et alors que ses angles de vision horizontaux sont bons, les verticaux sont limités.
Les haut-parleurs sont corrects mais mal positionnés.

Le clavier, ferme, permet une bonne saisie et il ne fléchit pas excepté légèrement au niveau de la zone de l’unité optique. Il est dommage qu’il ne soit pas rétro éclairé.

Le touchpad multi-touch est assez moyen, il est sensible et assez réactif mais manque parfois de précision. Ses boutons sont eux silencieux.

La connectique est moyenne avec l’absence notable des ports ExpressCard, Firewire et e-SATA. Il est assez silencieux en utilisation classique mais se fait un tout petit peu entendre lorsqu’il est sollicité. La chauffe est elle bien contenue.

Avec 3096 points sous PCMark05, il délivre des performances suffisantes à un usage courant classique. Toutefois, il n’est pas conçu poue jouer avec seulement 793 points sous 3DMark06.

Son autonomie de 5h54 avec Wi-Fi activé et luminosité à 70% est bonne.

Accéder au test du Dell Inspiron 14z sur Notebook Review

HP Pavilion dm3

L’HP Pavilion dm3 testé possède un chipset Intel 945GSE, un processeur Core 2 Duo SU7300 (1.3 GHz), 2 Go DDR3 de mémoire vive (max 8 Go), un disque dur SATA de 500 Go à 7200 tr/min, une partie graphique Intel GMA X4500MHD, un écran 16/9ème 13.3’’ HD LED BrightView d’une résolution de 1366×768, une webcam 0.3 megapixel avec micro, un lecteur de cartes 5 en 1, 2 haut-parleurs Altec Lansing et des interfaces Wi-Fi n, Bluetooth 2.1+EDR, HDMI, VGA, Casque, Micro, Ethernet et USB 2.0 (x4).
Il fonctionne avec une batterie 6 cellules 57Whr sous Windows 7 Familiale Premium 64 bits et pèse 1.91 Kg.

Son design en aluminium est élégant. Il est fin mais plus lourd que les Asus UL30 et HP Envy 13.

Il bénéficie d’un l’un des meilleurs claviers de sa catégorie avec des touches plates bien espacées les unes des autres.

En revanche, le touchpad s’avère lui mauvais. Sa surface trop brillante qui fait ressortir les traces de doigts n’est vraiment pas adaptée à une bonne glisse. Ses boutons sont eux larges mais peu profonds. Toutefois, ils s’avèrent fonctionnels.

L’écran lumineux affiche une résolution classique ainsi que des impages vives mais tandis que ses angles de vision horizontaux sont assez généreux, les verticaux sont eux bien limités.

La partie audio est correcte. La webcam est bonne.

Son score de 2874 points sous PCMark Vantage est inférieur d’environ 400 points à celui de l’UL30A ainsi qu’à la moyenne des ultraportables fins et légers (3101 points).
Il ne se destine pas aux joueurs avec 703 points sous 3DMark06 et une moyenne de 4 fps sous Far Cry en 1024x768.

En pratique, il s’avère réactif lors du passage d’une fenêtre Windows à une autre. La lecture d’une vidéo Haute Définition d’un épisode de la série Heroes via Hulu affiche elle nombre de détails. Il est capable de lire une bande annonce 1080p sur une TV Samsung de 32 pouces sans souci.

Google Earth est assez fluide. Le démarrage prend 10 secondes de plus que la moyenne. Le disque dur offre en revanche de bons taux de transferts de fichiers. A l’usage, le logiciel HP MediaSmart s’avère plutôt lent.

Il est silencieux mais la partie en bas à gauche chauffe pas mal, à en devenir inconfortable. Le Wi-Fi est performant.

Son autonomie de 9h07 est très bonne, meilleure que celle du Toshiba T130 (7h23) mais inférieure à celle de l’Asus UL30A de 9h55. Plusieurs configurations sont disponibles. Il est noté 3.5/5.

Accéder au test de l’HP Pavilion dm3 sur LaptopMag

Point of View Mobii ION

Le Point of View Mobii ION testé est configuré avec un chipset NVIDIA ION MCP7A, processeur Atom 230 (1.6 GHz), 1 Go DDR2 de mémoire vive, un disque dur SATA de 160 Go à 5400 tr/min, une partie graphique NVIDIA ION GeForce 9400M, un écran 10.2’’ WSVGA LED d’une résolution de 1024×600, une webcam 1.3 megapixels avec micro, un lecteur de cartes, 2 haut-parleurs de 1.5W et des interfaces Wi-Fi b/g, HDMI, Casque, Micro, Ethernet Gigabit et USB 2.0 (x2).
Il pèse moins de 1.4 Kg et fonctionne sous Windows XP Familiale avec une batterie 6 cellules 4400 mAh.

Sa configuration est plus que suffisante pour faire tourner Windows XP. Il affiche des dimensions et poids dans la moyenne des Netbooks. Une fois intégrée, la batterie 6 cellules dépasse de l’arrière du châssis. Au-dessous, 2 panneaux facilitent l’accès à la mémoire vive et au disque dur.

Son design est simple et minimaliste mais les couleurs disponibles apportent une touche d’originalité. Seule la coque profite d’une finition brillante. La qualité de conception est bonne. La position du bouton de démarrage est un peu étrange.

Il est appréciable que l’écran bénéficie d’un traitement mat. Celui-ci est lumineux et affiche des couleurs décentes. La webcam elle fonctionne bien. Côté connectique, seulement 2 ports USB sont présents.

Le clavier est correct pour un Netbook mais n’est pas conçu pour une saisie prolongée.
La position des touches Fn et Ctrl est inversée ce qui demande un temps d’adaptation.

Le touchpad de bonne taille est assez bon mais ne dispose pas de zone de scroll ce qui est dommage. Ses boutons sont solides et fonctionnels.

Sous Sisoft Sandra, les performances de l’Atom 230 sont proches de celles des autres Atom. En revanche sous 3DMark06, le Netbook offre un score de 1287 points bien supérieur à la moyenne de ses concurrents (92 points pour le Lenovo S10e avec Atom N270).

Sous Call of Duty 4, le Mobii ION affiche une moyenne de 25 fps en 1024x600 et détails faibles. Il ne devrait donc à priori pas avoir de mal à faire tourner des jeux de type World of Warcraft.

Il chauffe. Il s’avère silencieux en usage courant mais se fait entendre par moment lorsqu’il est sollicité, surtout lors des phases de jeux.

Son autonomie en surf sur Internet via Wi-Fi et luminosité à 70% est de 3h27. En lecture de film avec luminosité à 100%, il tient 2h20 d’affilées.

Windows 7 a été testé sous ce système avec 2 Go de mémoire vive et s’avère très fonctionnel.

Au final, les testeurs se disent agréablement étonnés par ce Netbook.

Accéder au test du Point of View Mobii ION sur Fudzilla