Tests du jour : Asus, HP et Samsung

Cet ordinateur portable n'est plus vendu
L'ordinateur portable présenté ci-dessous a été commercialisé en 2009, et n'est plus en vente. Depuis, de nombreux modèles plus récents et mieux équipés ont vu le jour.

Aujourd’hui nous retrouvons les tests des Asus Eee PC 1005PE, Asus UL50Vt, HP Envy 15 et Samsung N510.

Nous vous rappelons que les avis ci-après n’engagent que leurs rédacteurs. Nous nous efforçons dans la mesure du possible de retranscrire leurs sentiments et leurs propos de façon objective. Si vous êtes en désaccord avec les propos mentionnés, le plus simple est de prendre contact avec nos confrères.

Asus Eee PC 1005PE

L’Asus Eee PC 1005PE testé embarque un chipset Intel NM10 Express, un processeur Atom Pineview N450 (1.66 GHz), 1 Go DDR2, un disque dur SATA de 250 Go à 5400 tr/min, une partie graphique Intel GMA X3150, un écran 10.1’’ WSVGA LED brillant d’une résolution de 1024×600, une webcam 0.3 megapixel avec micro, un lecteur de cartes SD/MMC et des connecteurs Wi-Fi b/g/n, Bluetooth, VGA, Casque, Micro, Ethernet et USB 2.0 (x3).
Il fonctionne sous Windows 7 Starter avec une batterie 6 cellules Li-Ion 5600mAh 63Wh, pèse 1.27 Kg et mesure environ 259 x 175.26 x 22.6-35.5 mm.

De l’extérieur, il semble similaire à l’Eee PC 1005HA. Il est plus épais que le 1008HA mais son design est attractif. Cependant, sa finition brillante fait rapidement ressortir les traces de doigts.

Les touches du clavier semblent plus petites que celles des 1005HA et 1008HA mais la saisie est confortable. Le testeur regrette toutefois que la touche Shift soit plus petite que la normale et pas directement placée sous la touche Entrée.

Le touchpad à surface picots glisse bien et supporte le multi-touch. Ses boutons sont fonctionnels mais il aurait été préférable qu’ils soient séparés l’un de l’autre.

L’écran lumineux affiche de bonnes images avec de bons angles de vision horizontaux.
La partie audio offre un beau volume sonore.

La connectique est standard. La webcam est correcte.
Les températures sont contenues.

Avec 1410 points sous PCMark05 et 918 points sous Geekbench, il délivre des performances similaires aux Netbooks de génération précédente. Les taux de transfert sont supérieurs à la moyenne. Son score de 155 points sous 3DMark06 est dans la moyenne.

En pratique, il suffit à un usage courant, la plupart des applications se lançant en moins de 3 secondes (WordPad, Internet Explorer). La lecture d’une vidéo HD 720p téléchargée est fluide. En revanche, cela saccade sous Hulu en plein écran. Sous World of Warcraft il affiche une moyenne de 14 fps en 800×600 et détails par défaut.

Son autonomie de 10h36 est très bonne alors que le Toshiba NB200 (sous Windows 7) tient 8h51 et le 1005HA 8h57.

Le Wi-Fi est performant. Le mini-système Express Gate peu être pratique. Les applications de la barre Eee Docking sont intéressantes. Il est possible de rajouter facilement de la mémoire vive via un panneau d’accès au-dessous. Il est noté 4/5.

Accéder au test de l’Asus Eee PC 1005PE sur LaptopMag

Asus UL50Vt

L’Asus UL50Vt testé possède un chipset Intel GS45+ICH9M, un processeur Core 2 Duo SU7300 (1.3 GHz), 4 Go DDR2 800 MHz (2 slots), un disque dur SATA de 320 Go à 5400 tr/min, un chipset graphique intégré Intel GMA X4500MHD couplé à une carte graphique GeForce G 210M 512 Mo, un écran 15.6’’ HD LED mat d’une résolution de 1366×768, une webcam 0.3 megapixel avec micro, un graveur DVD, un lecteur de cartes 5 en 1, un pavé numérique, 2 haut-parleurs Altec-Lansing de 2W et des interfaces Wi Fi a/g, HDMI, VGA, Casque, Micro, Ethernet Gigabit et USB 2.0 (x3).
Il est livré avec une batterie 8 cellules 81Whr sous Windows 7 Familiale Premium 64 bits et pèse 2.4 Kg.

Son design en aluminium brossé est séduisant. Il est fin. La qualité de conception est bonne et plutôt solide, capot et clavier mis à part.

La connectique est bonne et bien positionnée, mais il manque les ports e-SATA et Firewire. La partie audio est moyenne.

Le clavier à touches plates bien espacées les unes des autres est un peu bruyant et semble instable ce qui est dérangeant. Les touches sont bien placées. Un petit temps d’adaptation est nécessaire.

Le touchpad multi-touch possède une surface agréable au toucher et s’avère réactif. Ses boutons sont fonctionnels.

Il est appréciable que l’écran bénéficie d’un traitement mat et non brillant. Son format 16/9ème est bien adapté au multimédia. La luminosité est moyenne et le contraste peu élevé. La représentation des couleurs est correcte. Les angles de vision verticaux sont limités, les horizontaux meilleurs.

La technologie Turbo33 intégrée apporte vraiment un plus côté performances qui sont assez bonnes avec 3437 points sous PCMark Vantage. Son score est de 3418 points sous 3DMark06 et de 1008 points sous 3DMark Vantage. Son indice sous Windows 7 est de 4.9 points, ce qui correspond au processeur et à la partie graphique.

En pratique dans les jeux, il affiche une moyenne de 22 fps en résolution native sous Anno 1404 et GRID (détails moyens 2xAF).

Il est silencieux sur batterie, à peine audible. En usage courant, il se fait un peu entendre pour arriver à un niveau dérangeant en pleine charge. Il ne chauffe pas en bureautique, mais chauffe surtout sur la partie gauche lorsqu’il est sollicité. Il est alors déconseillé de l’utiliser sur les genoux.

Son point fort est son autonomie, avec 8h59 en surf sur Internet avec Wi-Fi activé, 5h34 en lecture DVD et 3h17 en pleine charge. Son prix est abordable.

Accéder au test de l’Asus UL50Vt sur Notebookcheck

HP Envy 15

L’HP Envy 15 testé est configuré avec un chipset Intel PM55, un processeur Core i7-720QM (1.6 GHz), 4 Go DDR3 de mémoire vive (16 Go max), un disque dur SATA de 320 Go à 7200 tr/min, une carte graphique Radeon Mobility HD4830 1 Go dédié et jusqu’à 2.8 Go HyperMemory, un écran 15.6’’ HD LED Ultra BrightView 410 nits d’une résolution de 1366×768, une webcam Nightvision avec DEL Infrarouge pour l’éclairage, un micro, un lecteur de cartes 2 en 1 et des connectiques Wi-Fi a/g/n, Bluetooth 2.1+EDR, HDMI, combo Casque/Micro, Ethernet Gigabit et USB 2.0 (x3 dont 1 combo e-SATA).
Il pèse 2.35 Kg et fonctionne sous Windows 7 Familiale Premium 64 bits avec une batterie 6 cellules 52.9 Whr.

Son design en aluminium fait penser à celui du MacBook Air mais il n’est pas unibody. La qualité de conception est bonne. Sa finition texturée lui donne une apparence unique.

Son processeur joue dans la ligue supérieure de celui du Core 2 Duo qui équipe le MacBook Air.

La résolution est faible mais aide dans les jeux. La qualité globale de l’écran est à peine meilleure que celle de portables bien moins onéreux avec des angles de vision limités, une reproduction des couleurs très moyenne et des niveaux de noirs juste acceptable. Au final, la dalle se révèle décevante.

La connectique est limitée avec l’absence notable du Firewire mais il est possible de recharger de petits appareils via les USB.

Côté clavier, premier élément qui fâche, il n’est pas rétro éclairé. Deuxième élément, la colonne de raccourcis à gauche qui entraine des erreurs de frappe fréquentes. Si on arrive à dépasser cela, le clavier s’avère assez bon.

Ce n’est pas le cas du touchpad multi-touch. L’intégration des boutons est mal pensée, il arrive régulièrement que l’on « clique » à côté.

Un mini-système léger est présent. Aucun bouton de lancement n’est présent, il suffit de le choisir au boot.

Il délivre de solides performances générales avec 5933 points sous PCMark Vantage. Il s’agit là du 2ème score le plus important pour un portable passé entre les mains du testeur.

Il se débrouille également bien dans les jeux en résolution native avec 83.5 fps sous Trackmania Nations (détails moyens, 4xAA, 4xAF) et de 45.3 fps sous STALKER : Call of Pripyat (détails moyens, 0xAA, 0xAF).

Cependant, il est bruyant lorsqu’il est sollicité, ce qui est le cas dans les jeux, et chauffe. En usage courant toutefois, les températures ne posent pas de souci.

Son autonomie de 2h25 en test de Productivité et d’1h21 en lecture DVD est faible. Il est dommage qu’il faille payer pour profiter de la batterie additionnelle.

Le testeur recommande plutôt de se tourner vers le Dell Studio XPS 16. L’Envy 15 obtient la note globale de 7/10.

Accéder au test de l’HP Envy 15 sur TrustedReviews

Samsung N510

Le Samsung N510 possède un processeur Intel Atom N270 (1.6 GHz), 1 Go DDR2 de mémoire vive, un disque dur SATA II de 160 Go à 5400 tr/min, une partie graphique NVIDIA ION LE (GeForce 9400M) jusqu’à 128 Mo partagés, un écran 11.6’’ HD LED SuperBright d’une résolution de 1366×768, une webcam 1.3 megapixels avec micro, un lecteur de cartes 3 en 1, 2 haut-parleurs et des connecteurs Wi-Fi b/g/n, Bluetooth 2.1+EDR, HDMI, VGA, Casque, Micro, Ethernet et USB (x3).
Livré avec une batterie 6 cellules 5900mAh sous Windows XP Familiale, il pèse 1.4 Kg.

Sa finition brillante fait rapidement ressortir les traces de doigts. L’ensemble du design est joli mais ne fait pas aussi moderne que l’HP Compaq Mini 311. Son poids est dans la moyenne.

La partie gauche chauffe à en revenir inconfortable. L’utilisation d’une station pour le poser dessus aide.

Le clavier est similaire à celui des modèles 10 pouces de la marque, en un peu plus large toutefois. Les touches sont bien dimensionnées et placées, la saisie étant réactive et agréable.

Le touchpad multi-touch large à surface matte glisse bien et ses boutons sont fonctionnels et réactifs, même si le testeur aurait préféré qu’ils soient séparés.

L’écran mat affiche des couleurs riches et des noirs profonds avec de bons angles de vision horizontaux et verticaux.
La partie audio est plutôt bonne avec la présence de basses.

La connectique est standard pour un modèle ION. L’un des ports USB peut servir à recharger un petit appareil ce qui est pratique.
La webcam est correcte mais affiche des images sombres.

Son score de 1249 points sous PCMark Vantage est supérieur de plus de 100 points à la moyenne des Netbooks mais inférieur de 91 points à la moyenne des modèles ION. Idem pour ses 834 points sous Geekbench, inférieur de 80 points à la moyenne des portables ION.

Avec 1259 points sous 3DMark06, sa partie graphique s’avère bien plus performante que la moyenne des Netbooks mais est une fois de plus inférieure à celle des portables ION.

Le taux de transfert du disque dur est un poil supérieur à la moyenne des Netbooks mais encore une fois inférieure à celle des modèles ION. Le démarrage en 1min45 est long et supérieur de 48 secondes à la moyenne. Les performances du Wi-Fi sont correctes.

En pratique, il se montre réactif lorsque l’on bascule entre Google Chrome (8 onglets ouverts), Writer d’OpenOffice, Skype et Pidgin tout en écoutant de la music via VLC en fond. Il affiche une moyenne de 30 fps sous World of Warcraft en 1024×768. Il peut lire de façon fluide des vidéos HD 720p et 1080p téléchargées. En revanche, cela saccade lors de la lecture de vidéos Flash HD sous Youtube. Les choses s’améliorent grandement après désinstallation du McAfee SecurityCenter et installation de la bêta d’Adobe Flash Player 10.1.

Son point fort est son autonomie de 4h57 supérieure aux autres modèles ION sous Windows 7 testés par LaptopMag. Elle reste toutefois inférieure à la moyenne des Netbooks qui est de 5h21. Il est un peu cher. Il est noté 3.5/5.

Accéder au test du Samsung N510 sur LaptopMag

Besoin d’aide pour choisir votre PC portable ?
LaptopSpirit vous propose un court questionnaire qui va nous permettre de bien comprendre vos besoins. Nous pourrons ainsi vous conseiller les ordinateurs portables les plus adaptés à votre utilisation et à votre budget !
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


+ 6 = 7