Toshiba NB200 – Conclusion

Si le premier netbook de Toshiba, le NB100 était passé assez inaperçu auprès des utilisateurs, le nouveau NB200 risque bien de ne pas connaitre le même sort…

Avec ce nouveau modèle, Toshiba a vraisemblablement su tirer parti des erreurs commises avec son précédent netbook. La marque revient ainsi sur le devant de la scène avec un modèle bardé d’atouts.

A commencer par son design qui ne laissera personne indifférent. Le coloris marron / gris est très réussi, il apporte une touche de fraicheur dans le monde plutôt monotone des netbooks, largement dominé par le blanc et le noir. Mais le NB200 ne se contente pas seulement d’un design particulièrement réussi, capable de séduire aussi bien les utilisateurs professionnels que les personnes à la recherche d’une machine tendance. Il bénéficie également d’une finition particulièrement soignée mais aussi d’un clavier et d’un touchpad confortables et efficaces.

Son processeur Atom N280 se montre légèrement plus véloce que son prédécesseur, l’Atom N270, sans pour autant nuire à l’autonomie puisqu’elle oscille sur le NB200 entre six et douze heures en fonction des paramètres choisis par l’utilisateur. De quoi utiliser sereinement son netbook tout au long de la journée.

Au final, nous n’avons pas de réel reproche à émettre à son encontre si ce n’est une dalle brillante mais comme nous l’avons évoqué, grâce à la luminosité adaptée, ce point s’avère au final peu gênant.

Reste la question du tarif. Annoncé à 399€, le NB200 se place parmi les modèles les plus onéreux de la catégorie. Certes, c’est un tarif élevé pour un netbook, mais qui se justifie par la présence de petits plus, par exemple un disque dur doté d’un accéléromètre afin préserver ce dernier en cas de chute ou encore une offre logicielle plus complète avec notamment la présence de l’intègré bureautique Microsoft Works.

Toshiba NB200

Toshiba NB200

sommaire

Sommaire de ce test

Page 1 : Introduction et sommaire
Page 2 : Design extérieur
Page 3 : Design intérieur
Page 4 : Performances / Autonomie
Page 5 : Conclusion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


8 + 2 =