Mauvaise nouvelle pour les salariés français d'Intel : environ 750 d'entre eux vont perdre leur emploi. D'ici mi-2017, 12 000 postes seront supprimés au niveau mondial.

Intel logo

En pleine réorganisation, Intel prépare un plan de 1.4 milliards d'économie. Cela passe par la suppression d'environ 750 emplois en France (sur 950) et 12 000 en tout dans le monde, soit 11% de son effectif.

Plus précisément, Intel compte fermer ses 5 centres de recherche et développement (R&D) dans l'hexagone. Sont concernés ceux de Sophia Antipolis, Toulouse, Aix-en-Provence, Nantes et Montpellier.

Le centre de Sophia Antipolis est spécialisé dans les Atom pour Smartphones, processeurs que le fondeur a annoncé vouloir abandonner pour ce type de machines.

Le parti pris de fermer le site de Toulouse en étonne lui plus d'un. Intel avait en effet manifesté récemment son souhait de muter ses chercheurs de Montpellier dans la ville rose.

Mustapha Aqachmar, délégué syndical CFE-CGC, a déclaré à Reuters :

Nous allons entrer dans une phase de négociation à partir du 12 juillet

Le mécontentement et l'incompréhension des salariés français d'Intel sont d'autant plus grands que le géant de Santa Clara a reversé l'an dernier 7.6 milliards d'euros à ses actionnaires.