Débutons la semaine avec un test de l'Acer Swift 3 SF315-51G, un ultrabook de 15 pouces à vocation multimédia installé dans une coque solide, fine, légère et compacte.

Voici les caractéristiques techniques du modèle testé (SF315-51G-55Z9):

Dalle15.6’ Full HD IPS LED (1920x1080, brillante)
ProcesseurIntel Core i5-7200U Kaby Lake (2.5 GHz, 2 cœurs, TDP 15W)
Mémoire vive installée (max)8 Go DDR4 2133 MHz (16 Go)
Espace de stockageSSD M.2 128 Go + 1 To à 5400 tr/min
Carte graphiqueNVIDIA Pascal GeForce MX150 2 Go GDDR5 dédiés, Intel HD 620 intégrée au processeur et Optimus
Lecteur optique-
Système audio2 haut-parleurs Dolby Home Theater v4
WebcamOui, HD 720p CrystelEye HD avec micro
RéseauWi-Fi ac
BluetoothOui, Bluetooth 4.0
Lecteur de cartesSD/MMC
Sortie(s) vidéoHDMI
Lecteur d'empreintes digitalesOui
Entrée(s) / Sortie(s)Combo Casque/Micro
ExpressCard-
USB1 USB 2.0 + 2 USB 3.0 + 1 USB 3.1 Type-C (Gen1)
Système d'exploitationWindows 10 64 bits
BatterieLi-ion 4 cellules 3220mAh 49Whr
Autonomie annoncée-
Dimensions (mm)370.5 x 255 x 18.9
Poids2.1 Kg
Garantie2 ans
AutreClavier chiclet rétro-éclairé, touchpad multi-touch
LogicielsApplications Acer

Acer installe son ultrabook dans une coque en métal qui arbore pour le modèle en test une finition bleue avec effet métal brossé. Ce revêtement s'est révélé très sensible aux traces de doigts. C'est d'autant plus regrettable que le design global est très seyant avec sa construction soignée, ses bordures chromées et sa charnière angulaire. Parlant d'elle, la charnière maintient fermement l'écran en place et demande l'usage des deux mains pour retenir la base et permettre l'ouverture. En outre, la coque en métal n'évite pas quelques flexions sur la base et au dos du couvercle, sans grandes conséquences. Dans sa catégorie, le Swift 3 SF315 est assurément le plus svelte, le plus léger et le plus fin, de quoi favoriser son transport.

La connectique est satisfaisante et prévoit tout le nécessaire de nos jours, sans oublier le port USB Type-C. Le côté droit comprend un port USB 2.0 (pour la souris logiquement), un lecteur de carte SD et un verrou Kensington. En plus de l'USB-C, deux USB 3.0, une sortie HDMI et une prise casque sont installés sur le côté gauche. Le positionnement de chaque interface est idéal pour l'usage courant. Un lecteur d'empreintes digitales est prévu pour profiter des fonctions de Windows Hello. Il est placé en bas à droite du clavier, indépendamment du touchpad.

Comme souvent sur ce type d'ultrabook fin, la maintenance n'est pas favorisée. Aucune trappe n'est prévue et l'ouverture du capot est entravée par un ajustement millimétré de la base inférieure, maintenue par 12 vis Torx.

Le clavier a fait forte impression au testeur. Sa taille est identique à celle d'un clavier de PC de bureau, à l'exception du pavé tactile qui est compacté. La frappe profite d'une course moyenne avec un point de pression prononcé, ce qui caractérise la frappe parfaite d'après le testeur. Les touches sont plates et profitent d'un rétro-éclairage brillant sur une seule nuance. Le pavé tactile assure une glisse confortable des doigts, même moites, et fait preuve d'un niveau de réactivité et de précision parfait. Les clics de souris intégrés sont tout aussi qualitatifs avec leur niveau sonore maitrisé, leur résistance bien dosée et leur course courte mais précise.

Côté écran, le testeur reproche d'office le recours à une dalle brillante. Il s'agit d'un écran IPS Full HD (1920 x 1080 px) à la netteté satisfaisante. Le taux de contraste est bon lui aussi (1378:1) et ce malgré une faible luminosité (239 cd/m2). La colorimétrie est moyenne avec un espace sRGB couvert à 57% et un Delta E autour de 5. L'écran étant brillant et pas suffisamment lumineux, il est presque impossible d'utiliser l'ultrabook en extérieur.

Architecturé autour d'un Core i5 basse consommation de dernière génération (Kaby Lake), de 8 Go de mémoire vive et d'un stockage hybride de 1,1 To, le modèle testé assure une exécution globalement fluide et supporte aisément l'usage courant et multimédia. Le SSD (SATA3) permet à Windows d'atteindre un bon niveau de réactivité et de fournir un environnement vif, prompt au chargement de données.

Avec la nouvelle GeForce MX150 de génération Pascal, NVIDIA a enfin trouvé un successeur à la 940MX plutôt dépassée. En principe, elle permet de jouer à la majorité des titres en vogue en définition standard (1366 x 768 px) avec des détails Medium. Les jeux moins gourmands peuvent même tourner en Full HD (1920 x 1080 px) à condition d'abaisser les détails. Notez que les jeux exigeants pâtiront également des 2 cœurs physiques du processeur basse conso.

L'Acer Swift 3 SF315 est un compagnon très discret. Au repos ou lors d’exécution de tâches légères, la ventilation est soit inactive soit quasi inaudible. Même en phase de "stresstest", la ventilation ne s'est pas montrée très agressive, à l'exception de petit sursauts un peu désagréables. Pour ce qui est de la température intérieure, elle est maintenue à un bon niveau (43°C max) et la coque ne chauffe quasi pas sur l'extérieur. Malgré tout, le CPU ne peut pas maintenir bien longtemps son Turbo (3.1 GHz) et chute vite à 2,7 GHz, ce qui n'entrave pas vraiment les performances générales (pas de phénomène de "throttling").

L'autonomie avoisine les 8 heures et 30 minutes en navigation Internet avec Wifi actif, c'est un bon résultat.

Il obtient la note de 84%.

Accédez au test de l'Acer Swift 3 SF315-51G

Nous vous rappelons que les avis ci-après n’engagent que leurs rédacteurs. Nous nous efforçons dans la mesure du possible de retranscrire leurs sentiments et leurs propos de façon objective. Si vous êtes en désaccord avec les propos mentionnés, le plus simple est de prendre contact avec nos confrères.