Razer, reconnu dans l'univers des gamers, a revu et corrigé son ultrabook de 13 pouces en cette fin 2019 avec un processeur de 10ème génération Ice Lake basse conso et une option graphique musclée (GeForce GTX 1650 Turing). Trois configurations sont proposées, un modèle argenté "Mercury White" sans GPU dédié et deux modèles noirs avec GTX 1650 équipés au choix d'un écran Full HD IPS mat ou 4K IPS tactile brillant. Sa commercialisation en France étant imminente, nous passons en revue les impressions de nos confrères du web.

Points forts
Châssis robuste et soigné
Option graphique d'envergure pour un 13" (GTX 1650)
Connectique satisfaisante
Bonne autonomie (FHD, Iris)
À revoir
Version noire qui marque les traces de doigts
RAM soudée non évolutive
Options d'écrans pas vivaces (60 Hz)

Caractéristiques techniques du Razer Blade Stealth 13

Écran13.3" Full HD IPS 100% sRGB (1920x1080, mat) ou 4K IPS tactile multi-touch 100% AdobeRGB (3840x2160)
ProcesseurIntel Core i7-1065U Ice Lake (1.8 Ghz, 4 cœurs, TDP 15W ou 25W sur le Mercury White)
Mémoire vive16 Go DDR4 3733 MHz (soudés) Dual Channel
Espace de stockageSSD M.2 NVMe PCIe de 256 Go ou 512 Go
Carte graphiqueIntel Iris Plus Graphics G7 (Mercury White) ou NVIDIA Turing GeForce GTX 1650 4 Go GDDR5 dédiés + Iris G7
Réseau802.11 ax, Bluetooth 5.0
Connectique2 USB 3.1, 2 USB 3.1 Type-C Gen2, 1 Thunderbolt 3
Dimensions / Poids304 x 210 x 15.3 mm / 1.48 kg

Une construction toujours au top et un petit pas vers la sobriété

Quand on fait référence aux PC portables Razer, on a toujours en tête une machine à la construction irréprochable. Le Razer Blade Stealth 13 s'inscrit dans la même lignée avec son châssis en aluminium anodisé fait d'un seul tenant (monobloc), foncièrement premium. Il s'agit grossièrement du même boitier que celui du Stealth 13 de 2018 sous processeur Whiskey Lake bien qu'ici, l'épaisseur gagne 0,5 mm et le poids quelques grammes avec 1,48 kg sur la balance. Razer indique à ce sujet que "le changement d'épaisseur était nécessaire pour pouvoir accueillir le nouveau Ice Lake et les processeurs GPU de Turing en option", précise Notebookcheck.

Malgré tout, Tom's Hardware considère qu'"en terme de finesse et de légèreté, Razer a fait le travail" avec des mensurations "comparables au Dell XPS 13 2 en 1 et au HP Spectre x360 13, des références dans leur secteur".

Petit détail qui a son importance, Razer a travaillé le côté discret de son ultrabook en troquant son fameux logo aux trois serpents vert pour un dessin noir mat bien plus subtil. Sur la finition "Mercury White", il est encore plus discret car ton-sur-ton. Un parti-pris qui joue en faveur de la sobriété et gomme ce qu'il faut de l'identité gamer du fabricant pour plaire au plus grand nombre, ce que salue Expertreviews. Résultat, "vous pourriez même le confondre avec un Dell XPS" indique Tom's Hardware.

Notons par ailleurs que le design noir reste très sensible aux traces de doigts, contrairement au design "Mercury White" (qui n'a rien de blanc excepté sur le clavier soit dit en passant), dont la finition métalisée reste propre plus longtemps.

La connectique : variée pour certains, des manquements pour d'autres

La connectique de ce Stealth 13 divise les testeurs. D'un côté, Tom's Harware trouve que "Razer ne lésine pas sur les interfaces" et de l'autre, Extertreviews parle de "variété de ports pas extraordinaire" tandis que Notebookcheck regrette encore et toujours l'absence de lecteur d'empreinte (bien que Windows Hello soit supporté par la webcam), de sortie HDMI ou de lecteur de carte.

Quoi qu'il en soit, le Stealth 13 fait mieux que certains de ses concurrents (Apple MacBook Pro 13 en tête). Il dispose d’un port USB-C de chaque côté (vous pouvez charger l'ordinateur portable avec l'un ou l'autre). L'un des ports USB-C supporte le Thunderbolt 3 (40 Go/s, 5K, 4K), et l'autre est standard (10 Go/s, 4K). A cela s’ajoutent pas un mais deux ports USB 3.1 Type-A (standard) et une prise casque 3,5 mm. De fait, pour Expertreviews, "c’est suffisant pour se connecter à un moniteur externe et à quelques périphériques tout en chargeant le PC."

Un bon clavier d'ultrabook et un excellent touchpad

"L’expérience de frappe et la disposition compacte du clavier est quasiment identique au modèle de 2018" précise Expertreviews. Une bonne chose à condition d'accepter le petit temps d'adaptation nécessaire pour se faire au positionnement un peu ramassé des touches. Pour Tom's Hardware, "la vivacité du clavier est satisfaisante et la frappe est substantielle malgré une force d’actionnement un peu trop légère" à son goût.

A ce propos, il rajoute que "Razer a intelligemment fait en sorte que le bouton de mise sous tension nécessite plus de force - 120 g - pour éviter de l'actionner accidentellement". Dans le plus pur style Razer, le clavier dispose d’un rétro-éclairage RGB Chroma sur une seule zone, qui vous permet de régler les effets d'éclairage du clavier et de synchroniser vos paramètres avec d'autres appareils Razer.

"Le touchpad en verre du Stealth 13 est lisse comme de la glace, laissant le doigt glisser sans effort." se réjouit Tom's Hardware, vite rejoint par Expertreviews qui considère que "le pavé tactile est l'un de gros points forts du Razer Stealth 13, car il est non seulement grand mais aussi parfaitement lisse et réactif".

Écran du Razer Blade Stealth 13 : une option tactile pour le 4K contestée

Entouré par des bordures latérales de 4,9 mm, l’écran du Blade Stealth 13 peut être confié au choix à une dalle mate IPS de définition Full HD (1920 x 1080 px) ou à une dalle brillante tactile IPS de définition 4K (3840 x 2160 px), ce dernier étant disponible uniquement sur les modèles noirs avec GTX 1650. L'écran Full HD est le même que sur le Stealth 13 de 2018 : lumineux (396 nits de moyenne) et riche en couleurs (106% sRGB, 75% DCI-P3).

L'option tactile 4K est passée entre les mains de Expertreviews. Outre l'apport lié à la définition élevée, le testeur s'arrête davantage sur le verre Gorilla Glass et sur son côté réfléchissant important. "Personnellement, je pense que c’est un faux pas. Les reflets sont gênants lorsque vous jouez ou regardez des films et je ne pense pas qu’un écran tactile soit nécessaire pour un ordinateur portable de ce type". Pour ce qui est des spécifications, la colorimétrie couvre 97% du spectre sRGB avec des couleurs précises (Delta E 2.06), un excellent contraste et une luminosité de 354 cd/m2, plus faible que la dalle FHD mais suffisante néanmoins.

Un cap de passé sur le plan graphique

Razer a franchi une étape décisive en matière de puissance de traitement avec les processeurs Intel de 10e génération. Contrairement à certains ultrabooks concurrents comme le Dell XPS 13, Razer a opté pour des Intel Ice Lake gravés en 10 nm plutôt que Comet Lake en 14 nm.

Tous les modèles du nouveau Razer Blade Stealth utilisent le même processeur Intel Core i7-1065G7 Quad Core basse consommation (2,3 GHz) avec 16 Go de RAM en standard. A savoir que sur le modèle sans GPU dédiée (le modèle blanc donc), le processeur est paramétré par Razer avec un TDP de 25W, lui permettant de développer davantage de puissance par rapport à la moyenne (TDP 15W standard). Tom's Hardware en est persuadé puisque son modèle a surpassé les ténors du secteur dans la majorité des benchs dont Geekbench 5, et a montré des "performances constantes lors d’un test performances (2,3 Ghz)". La puce Iris Plus G7 fait le travail également mais le testeur explique que "vous ne devriez pas vous attendre à jouer sans encombre les titres AAA mais votre ordinateur portable devrait pouvoir gérer des titres plus légers tels que Overwatch, League of Legends, Rocket League, Dota 2, World of Warcraft, Quake, Starcraft et Cars 2. »

Notebookcheck ne trouve pas vraiment les même résultats et détecte une légère baisse en performances face au duo Whiskey Lake + MX150 du précédent modèle.

Pour Digital Trends qui a tésté le modèle avec la GeForce GTX 1650, la promesse fournie par Razer de "repousser les limites de ce que signifie être un ultrabook" tient la route. "J'ai ajusté les paramètres graphiques sur Ultra et Doom a facilement atteint 60 images par seconde. Lorsque j'ai basculé les réglages sur Low et Medium, les fréquences d'images étaient encore plus élevées, entre 70 et 80. J'ai également essayé ce même jeu en 4K et bien que le jeu lui-même soit visuellement plus brillant et plus vivant que sur le modèle FHD mat, les FPS n’ont évidemment pas été aussi bons"

Enfin, Expertreviews précise que "le logiciel Synapse de Razer permet aux utilisateurs de modifier les modes de performance en un seul clic, avec des ajustements disponibles notamment une modification manuelle de la vitesse du ventilateur, ainsi qu’un mode très puissant qui promet «d’accroître la puissance graphique».". Seulement, après plusieurs manipulation, il a découvert que "pour obtenir les scores optimaux de ce Blade Stealth 13, il fallait régler la vitesse du ventilateur sur «Auto» et le mode Performance sur «Équilibré», tout en réglant le mode d'alimentation Windows sur «Performances optimales»."

Une ventilation efficace et des composants qui chauffent moins

"L’avantage de la nouvelle puce réside dans le fait qu’elle est fabriquée selon un procédé de 10 nm au lieu de 14 nm, ce qui lui permet de moins chauffer" précise Expertreviews, et cela se vérifie dans les tests. Par ailleur, Notebookcheck a remarqué que "le bruit des ventilateurs est sensiblement plus silencieux que le Stealth avec GeForce MX150, en particulier lorsque les charges sont moyennes ou supérieures" avec 33 dB à 35 dB relevés.

Autonomie du Razer Blade Stealth 13 : satisfaisante en ajustant le profil

Pour Tom's Hardware, l'ultrabook est convaincant avec 8 heures et 53 minutes en test d'utilisation courante (150 nits) et le testeur ajoute une remarque intéressante : "Notez que si vous faites quelque chose de moins intensif que le jeu, le logiciel Razer Synapse vous permet de réduire le TDP du processeur à 15W pour le mode économie de batterie ou à 20W pour le mode équilibré". Cela explique peut être le fossé situé entre l'autonomie relevée par Expertreviews (4h39) et Notebookcheck (9h30).