Si la plupart des lecteurs de LaptopSpirit sont à la recherche de conseils pour l'achat d'un PC portable, pour beaucoup, la question de la mobilité n'est pas le critère premier et peut même être totalement exclue. Le choix d'un ordinateur portable se fait alors un peu par dépit, parfois en raison de son coût maîtrisé, pour d'autres c'est le faible encombrement qui séduit et/ou un choix qui s'impose de par sa simplicité au moment de l'achat.

Et si les ordinateurs portables présentent bien des avantages, comme nous aimons à le rappeler, ils sont aussi et surtout synonymes de concessions. Les joueurs devront s’accommoder d'un PC portable gamer bruyant, les photographes devront composer avec un écran très moyen et beaucoup regrettent le manque d'évolutivité / réparabilité à l'heure où les enjeux environnementaux s'imposent de plus en plus.

Test MSI Trident A 9SC

Pour toutes ces raisons, et pour d'autres encore, il nous arrive régulièrement de conseiller un "desktop" à certains de nos lecteurs quand on arrive à la conclusion qu'une tour répondra davantage à leurs besoins qu'un ordinateur portable. Mais pour beaucoup, se tourner vers un ordinateur de bureau, c'est devoir composer avec un boitier XXL, assembler soit même ses composants après avoir passé des heures à les choisir. Effectivement, c'est une réalité du marché. Mais depuis quelques mois, les différents acteurs de l'informatique grand public ont aussi développé une offre de boitiers compacts clé en main, prêts à être utilisé dès la sortie du carton. C'est notamment le cas de MSI avec sa gamme Trident, à destination des gamers.

Compact, joli design, performant, évolutif, simple à utiliser, ces ordinateurs compacts semblent donc constituer la symbiose des desktop et des ordinateurs portables sur le papier. Est-ce réellement le cas à l'usage, quelles sont leurs atouts et leurs points faibles ? C'est dans l'optique de répondre à ses interrogations que nous avons décidé de sortir de nos tests habituels pour nous intéresser aujourd'hui au MSI Trident A, mini-tour compacte, et de la mettre en compétition avec les meilleurs PC portables gamer.

MSI Trident A 9SC - Châssis / Design

Malgré un positionnement gamer, MSI a choisi de rester assez sobre avec son Trident A et assez compact (210x488x450 mm). Le boitier est tout de noir vêtu, simplement agrémenté de petites touches de rouge au niveau du logo et du nom sur le flanc droit. Mais également des ports USB, le marque de fabrique de MSI.

Si le boitier est en ABS noir mat, la façade reçoit en partie un traitement brillant afin d'accentuer la mise en relief créée par les bandeaux de LED RGB. Incontournables en 2020 sur un PC gamer, elles peuvent être personnalisées, tant en coloris que par des effets de mouvements via l'utilitaire Dragon Center. Bien entendu, il reste aussi possible de les désactiver pour plus de discrétion.

Test MSI Trident A 9SC

L'ensemble est plutôt de bonne facture et agréable visuellement. Au toucher, le plastique n'est pas le plus flatteur mais c'est sans doute la concession nécessaire pour ne pas trop grever le tarif. De plus, ce type d'ordinateur prêt à être utilisé dès la sortie du carton ne s'adresse pas à des utilisateurs qui vont le démonter / bidouiller régulièrement. La matière du boîtier est donc moins importante que le visuel.

Test MSI Trident A 9SC

Test MSI Trident A 9SC

Le berceau est quant à lui en métal, tout comme les portes latérales où sont présentes de larges aérations, utiles tant pour servir le design que la ventilation.

L'accès aux composants nécessite de se munir d'un tournevis mais ne pose guère de difficulté. 2 vis pour le côté où est installé la carte graphique ou accéder au ventilateur de l'alimentation (de marque FSP avec une puissance de 450W, ventilateur de 80 mm).

Test MSI Trident A 9SC

Test MSI Trident A 9SC

2 autre vis pour la face opposée où l'on retrouve le ventirad CPU (diamètre 80 mm), les emplacements mémoire (au nombre de 2), le port m2 ainsi que deux baies 2,5 pouces SATA.

Test MSI Trident A 9SC

Les puristes du câble management passeront leur chemin...

MSI Trident A 9SC - Connectique / Ports

Test MSI Trident A 9SC

Test MSI Trident A 9SC

En façade, un port USB-C, deux ports USB Type A ainsi que des prises casque et micro (séparées).

Test MSI Trident A 9SC

Test MSI Trident A 9SC

A l'arrière sur la carte mère :
- 2 ports USB-A 3.1 gen 2 (10 Gbit/s)
- 2 ports USB-A 3.1 gen 1 (5 Gbit/s)
- 2 ports USB-A 2.0
- Ethernet
- PS2
- Sorties DisplayPort et DVI (utiles uniquement en l'absence de carte graphique dédiée et avec un processeur disposant d'une puce graphique ce qui n'est pas le cas ici)

auxquels s'ajoutent 3 DisplayPort et un HDMI sur la RTX 2060.

Le reste de la configuration, s'articule autour d'un Core i7-9700F (8 coeurs, 8 threads) cadencé de base à 3 GHz avec un mode turbo à 4.7 GHz (pour un TDP de 65W). Le modèle testé ne dispose que de 8 GO de mémoire vive (1 slot occupé, 1 libre). L'espace de stockage se partage entre un SSD m2 NVMe de 512 Go et un disque dur 2,5 pouces de 2 To 5400 tr/min. Un second emplacement SATA 2,5 pouces est disponible si besoin.

MSI Trident A 9SC - Performances

Test MSI Trident A 9SC - Configuration

Il est désormais temps de nous intéresser aux performances de ce MSI Trident A 9SC. Dans l'imaginaire collectif, un ordinateur de bureau demeure beaucoup plus performant qu'un PC portable (gamer). De manière générale, c'est effectivement le cas. Les desktop restent avantagés par leur volume supérieur qui autorisent des processeurs et alimentations capables d'encaisser plus de watts et donc d'offrir une puissance supérieure (pour simplifier). Mais il faut aussi reconnaître que les processeurs et cartes graphiques mobiles ont fait de gros progrès ces dernières années. Et le retour d'AMD avec ses Ryzen 7 et Ryzen 9 marque une nouvelle étape comme nous allons le voir. Alors certes, le MSI Trident n'est pas équipé du processeur le plus puissant du moment mais il s'agit tout de même d'un modèle haut de gamme qui reste dans le peloton de tête. Nous avons choisi de le comparer à deux PC portables gamer, d'un côté le Gigabyte Aero 15 OLED équipé d'un Core i7-9750H, le processeur hexa-core le plus répandu du moment, associé à une RTX 2070. Et de l'autre, l'Asus Zephyrus G14, très compact mais ô combien performant grâce à son processeur AMD octo-core (Ryzen 9 4900HS) et sa GeForce RTX 2060.

Test MSI Trident A 9SC - PC portable gamer ou desktop que choisir ?

Test MSI Trident A 9SC - PC portable gamer ou desktop que choisir ?

Test MSI Trident A 9SC - PC portable gamer ou desktop que choisir ?

Test MSI Trident A 9SC - PC portable gamer ou desktop que choisir ?

Test MSI Trident A 9SC - PC portable gamer ou desktop que choisir ?

Quel que soit le test, à partir du moment où ce dernier s'appuie avant tout sur la puissance processeur, c'est bien l'Asus Zephyrus et son processeur AMD Ryzen 9 qui prend la tête avec parfois un joli écart qui plus est. Le Core i7-9700F du MSI Trident et le Core i7-9750H viennent ensuite, et sont souvent très proches. Notons toutefois que le Trident est ici pénalisé par ses 8 Go de mémoire vive même si cela n'inverserait pas la tendance générale.

Test MSI Trident A 9SC - PC portable gamer ou desktop que choisir ?

Test MSI Trident A 9SC - PC portable gamer ou desktop que choisir ?

Test MSI Trident A 9SC - PC portable gamer ou desktop que choisir ?

Test MSI Trident A 9SC - PC portable gamer ou desktop que choisir ?

A contrario, dès que le carte graphique devient l'élément primordial, notre mini-tour reprend sans conteste l'avantage. Cela est vrai surtout pour le jeu mais aussi dans une moindre mesure avec des logiciels comme Première Pro par exemple, capables d'exploiter les cœurs Cuda du GPU pour effectuer certains calculs. L'impact va alors dépendre de la répartition du-dit calcul entre le CPU et le GPU et surtout de la durée. Citons par exemple, la phase liée à la stabilisation d'une vidéo qui est de plus en plus confiée au GPU.

En résumé, les processeurs mobiles récents, et plus particulièrement les derniers Ryzen Octo-Core, n'ont pas à rougir face à leurs homologues de bureau. Sur la partie graphique en revanche, les déclinaisons desktop conservent un nette avance en termes de performances tout en offrant l'avantage de pouvoir évoluer à moindre coût. Pour les joueurs, c'est un argument de poids !

Test MSI Trident A 9SC - SSD

Côté stockage, pas de différence entre ordinateur portable et PC fixe, les deux peuvent être équipés de SSD PCIe NVMe dont les performances dépendent des modèles choisis par les constructeurs au moment de l'assemblage. Libre à chacun ensuite de les faire évoluer vers des références plus performantes. Mais, en dehors des benchs de débits et d'utilisation avancée bien spécifique, il sera très difficile de mesurer un impact lié à ce changement au quotidien. L'investissement se justifie rarement !

MSI Trident A 9SC - Nuisances sonores / Bruit / Températures

Que ce soit sur un PC portable gamer ou sur un ordinateur de bureau, la problématique reste la même, à savoir évacuer la chaleur produite par les composants, principalement le processeur et la carte graphique. Et inévitablement, plus le format est compact, plus la tâche est difficile et par la même, plus les ventilateurs se font entendre. Un reproche souvent mis en avant avec les PC portables gamer.

De prime abord avec davantage de volume au sein de son châssis, le Trident devrait mieux sans sortir. Oui, mais c'est oublier que ses composants sont aussi plus performants et produisent aussi plus de chaleur.

En pratique, le constat est plus nuancé, les ventilateurs étant assez souvent audibles dès que le processeur est sollicité durant plusieurs secondes. Il tire toutefois un avantage du diamètre de ses ventilateurs plus importants, qui produisent un effet "soufflerie" plus sourd et étouffé que les petits ventilateurs des PC portables.

Autre avantage d'une mini-tour comme le Trident, la possibilité d'éloigner la tour de ses oreilles en la plaçant sous un bureau. Dans cette configuration, nous avons relevé 35 dBA lorsque le CPU est le seul sollicité. En jeu, le déclenchement des ventilateurs de la carte graphique se traduit par environ 44 dBA. Le bruit est donc plus présent mais reste supportable.

Un fond sonore pourra sans trop difficulté atténuer la sensation de bruit perçu là où sur un PC portable gamer, le port du casque s'impose dans les mêmes conditions.

Côté températures, la situation est sans conteste à l'avantage du mini-PC. Avec une température ambiante de 26°C, le processeur est en moyenne à 75°C avec des programmes dépendant avant tout du CPU. En jeux, la moyenne grime à 80°C pour le CPU et 75°C environ pour la carte graphique. Des valeurs que d'aucuns, habitués aux desktop maison optimisés aux petits oignons, trouveront, à juste titre, un peu trop élevées. Cela reste malgré tout correct et surtout cohérent avec le volume contenu du boitier sans oublier le "petit" ventirad processeur.

Test MSI Trident A 9SC

Test MSI Trident A 9SC

A noter qu'il est possible d'activer un mode silence via l'utilitaire Dragon Center, à condition d'accepter des températures un peu plus élevées et surtout, des performances moindres. Mais pour les tâches du quotidien, cela reste une bonne option. Les ventilateurs sont alors inaudible. En revanche, la rotation des plateaux du disque dur reste perceptible dans une pièce silencieuse.

Notre avis sur le MSI Trident A 9SC

Avec un desktop compact comme le MSI Trident, les acheteurs potentiels recherchent une approche "clé en main", comme peut l'être l'achat d'un PC portable, la mobilité en moins, bien entendu. Mais c'est cette vision globale qui nous a poussé à nous intéresser à ce type de configuration afin de proposer une alternative à ceux qui recherchent la simplicité de l'ordinateur portable mais sans toutefois s'y retrouver totalement. Parfois par manque d'évolutivité / réparabilité et / ou des performances jugées trop modestes sans oublier des nuisances sonores incompatibles avec un environnement de travail silencieux.

Sur ces points, le MSI Trident A s'en sort effectivement mieux qu'un PC portable gamer proposé dans une gamme de prix comparable. Les performances sont supérieures, encore plus lorsque la carte graphique est l'élément le plus important, et ce alors même que la configuration testée sur le Trident A n'est pas équipée des composants les plus performants du moment. Les possibilités d'évolutions sont sans aucune mesure avec celles d'un PC portable. Sur la question du bruit, véritable talon d'Achile des PC portables, gamer ou non, le constat est plus mitigé.

Certes, notre tour MSI s'en sort mieux mais elle ne parvient pas à égaler l'efficacité d'une tour assemblée soit même et pensée pour être silencieuse. Et c'est sans doute là, le principal bémol de ce type d'ordinateur. Pour autant, si ce critère est secondaire pour vous, et sans besoin de mobilité, choisir un desktop compact est une bonne solution pour profiter du confort et des performances d'un ordinateur de bureau tout en conservant le côté "plug & play" du PC portable.

Venons-en maintenant à l'épineuse question du tarif... Difficile de trancher même si la balance tend à pencher vers le boîtier compact. Encore plus si vous êtes déjà équipé(e) d'un écran, d'un clavier et d'une souris. Ou si vous vous inscrivez dans une démarche d'investissement à long terme où les équipements annexes vont pouvoir s'amortir sur une durée longue et accompagner plusieurs configurations. C'est aussi le cas pour la plupart des composants internes facilement upgradables là où sur un PC portable, la moindre panne hors garantie se traduit de façon quasi-systématique par la case déchetterie... Avec une mini-tour comme le MSI Trident, vous aurez certes des contraintes de volume à respecter si vous souhaitez remplacer l'alimentation ou la carte graphique par exemple mais l'opération reste malgré tout simple et les possibilités nombreuses.

On peut donc considérer qu'un joueur qui investit aujourd'hui dans un MSI Trident et remplace la carte graphique dans 2/3 ans pourra le conserver, sauf panne majeure, 6 ans sans difficulté tout en étant en mesure de faire tourner les derniers AAA dans de bonnes conditions. Avec un PC portable gamer, il est difficile d'imaginer un joueur régulier le conserver plus de 3/4 ans.

Avec un mini-desktop, il est tentant de regarder l'ensemble des composants au détail et d'en faire la somme pour en évaluer le coût global. Une approche qui se conçoit mais qui va plutôt le désavantager face à une tour assemblée soi-même. Solution qui aura qui plus est l'avantage de pouvoir être optimisée dans les moindres détails (pour les performances et/ou le silence le plus souvent). Soit. Mais c'est occulter d'autres coûts indirects comme le temps passé à chercher les meilleurs composants, aux meilleurs prix puis ensuite le montage, l'installation et la configuration de Windows. Là, vous ouvrez le carton, vous le branchez et quelques minutes plus tard tout est opérationnel (même si vous n'échapperez pas aux fastidieuses et interminables mises à jour de Windows...).

In fine, vous l'aurez compris, chaque solution a ses avantages et inconvénients. Et au risque d'enfoncer des portes ouvertes, aucune n'est plus légitime qu'une autre.

Simplement, elles vont répondre à des besoins différents. Et, c'est là le point de départ de toute démarche préalable à l'achat d'un ordinateur, qu'il soit portable ou non : bien définir ses besoins, ses priorités et le budget alloué. De ces contraintes vont s'imposer des choix, qui auront eux-mêmes d'autres répercussions. Difficile de concilier performances et silence, compacité et évolutivité et bien d'autres dilemmes que vous rencontrez au moment d'acheter un nouvel ordinateur.

Choisir c'est renoncer, un constat encore plus vrai quand le budget est serré et/ou les contraintes de mobilité importantes.

Alors bien sur, si vous avez besoin de transporter votre ordinateur, une mini-tour, aussi compacte soit-elle, n'est pas envisageable et vous vous demanderez ce que vient faire un tel article sur un site dédié aux ordinateurs portables. Mais comme nous l'avons évoqué, nous savons aussi que beaucoup utilisent leur ordinateur de façon sédentaire à leur domicile ou bureau. Pour ces personnes, offrir une nouvelle perspective de réflexion nous semblait de plus en plus important. D'où cet article "inhabituel".

Le test d'un mini-PC étant nouveau pour nous, nous avons décidé de ne pas lui attribuer de note comme nous le faisons pour les ordinateurs portables. Car si nous connaissons sur le bout des doigts les laptops depuis 2007 et continuons de monter et utiliser de gros desktops en parallèle pour nos besoins personnels, l'univers des tours compactes clé en main reste un marché à approfondir pour nous. Le test du MSI Trident est donc une première approche. D'autres devraient suivre dans les prochains mois, nous donnant ainsi davantage d'éléments de comparaison pour affiner nos avis.