On a testé les Surface Laptop Studio 2, Surface Go 4, Surface Laptop Go 3 : pourquoi Microsoft s’obstine encore sur le marché des PC portables ?

Lancée il y a maintenant plus de dix ans avec la première Surface, la gamme d’ordinateurs portables made in Microsoft s’est depuis étoffée. Si la tablette trône toujours parmi les plus connu, d’autres, plus confidentiels, l’épaulent désormais. Le Surface Laptop 5, le Surface Laptop Studio 2, flagship de la gamme destiné aux créatifs mais aussi, le Surface Laptop Go 3 sans oublier la Surface Go 4. Plus abordables, ces derniers conservent néanmoins l’une des qualités premières de la gamme Surface, à savoir une finition exemplaire. Mais est-ce suffisant sur un marché où la concurrence est rude ? Rien n’est moins sûr…

Microsoft Laptop Studio 2 : Le digne représentant de la gamme

Première nouveauté de cet hiver 2023-2024, le Surface Laptop Studio 2. Laissons de côté son appellation à rallonge avec laquelle ne pas mélanger l’ordre semble impossible pour toute personne qui ne serait pas familière avec la gamme Surface. Les connaisseurs auront eux compris qu’il s’agit donc d’un ordinateur portable, doté d’un écran tactile (comme toutes les Surface), capable de se transformer en tablette grâce à un ingénieux système de charnières.

Si le concept n’est pas inédit, Microsoft prend toutefois une direction différente des autres convertibles du marché. L’écran ne pivote pas à 360° pour venir se positionner sur le clavier mais s’incline pour offrir une position intermédiaire à 45°. Le touchpad reste alors accessible et fonctionnel. Avantage non négligeable avec les applications dont l’interface n’est pas adaptée pour un usage tactile (Capture One Pro et ses icônes minuscules par exemple). Autre point fort du mécanisme Microsoft, une inclinaison de 5° environ lorsque le Laptop Studio est utilisé en mode tablette. Un angle léger certes mais bien plus confortable à l’usage avec le Surface Slim Pen 2. Vendu séparément (129€), ce dernier vient s’aimanter sur le bord du châssis. Pratique pour l’avoir toujours à portée de main.

Au quotidien, nul doute que le Surface Laptop Studio a été pensé pour les dessinateurs, graphistes et autres personnes ayant besoin d’un stylet. L’efficacité n’est sans doute pas celle d’une Wacom Cintiq, mais elle s’en approche tout en offrant la polyvalence d’un ordinateur portable. L’écran PixelSense Flow de 14,4 pouces au ratio 3:2, une autre singularité de la gamme Surface, offre un format davantage proche d’un carré, cher à certains utilisateurs. Compatible HDR 400, il offre une luminosité maximale de 504 nits. Suffisante en intérieur mais moins en extérieur ou même simplement dans une pièce très lumineuse un jour ensoleillé. En cause, la surface du verre Gorilla Class particulièrement brillante et donc sensible aux reflets. Autre grief, seul l’espace sRGB est couvert. Certes parfaitement calibré mais désormais les PC portables avec écran RGB et/ou DCI-P3 sont devenus la norme sur le premium. Sans être rédhibitoire, à plus de 3000€ la configuration de milieu de gamme, l’acheteur est en droit d’attendre le meilleur.

Le meilleur, le Laptop Studio le propose avec son châssis en aluminium. Si le MacBook Pro est souvent cité comme référence en la matière, celui de Microsoft n’a pas à rougir, bien au contraire. Son coloris plus clair étant en prime moins sensible aux traces de doigts. Un détail ? Peut-être mais à l’usage c’est un atout, encore plus pour le clavier qui n’aura pas cet effet « patine » au bout de quelques mois. Quant au confort, doux, réactif, avec des touches à la taille généreuse (15,5×14,9 mm), il se positionne dans le Top 3 des meilleurs claviers du marché. Bémol, le rétro-éclairage tend à rentre les lettres invisibles en journée. Heureusement, l’activation automatique en fonction de la luminosité ambiante permet de s’affranchir de ce grief.

Parmi les autres atouts de l’ultrabook convertible de Microsoft, citons le système audio et ses quatre haut-parleurs. Le son est puissant, le rendu plaisant, détaillé, limpide. Un poil de basses supplémentaire et c’eût été parfait.

L’autonomie est également à saluer avec plus de 10h en navigation Web. Un résultat honorable pour un ultrabook de 14 pouces équipé d’un processeur Intel série H de 13e génération. De quoi offrir des performances en adéquation avec les besoins des photographes et autres professionnels de la vidéo ou de la 3D. Et si Microsoft propose bien une version d’entrée de gamme dépourvue de carte graphique dédiée, nous ne pouvons que recommander d’opter pour une déclinaison équipée d’une GeForce RTX 4050 ou RTX 4060. Bien plus en adéquation avec le positionnement de ce Surface Laptop Studio 2. D’autant que températures (moyennes 80°C CPU – 65°C GPU) et nuisances sonores sont plutôt bien contenues (47 dBA au plus fort mais avec une fréquence basse plus « supportable » en terme de sensation perçue).

Vous l’aurez compris, à l’heure du bilan, Microsoft frôle le sans faute avec son dernier né. Une finition parfaite, une conception unique qui fait du Surface Laptop Studio un ordinateur à part. Du moins à condition d’en avoir l’utilité. Dans le cas contraire, difficile de justifier un tel tarif (à partir de 2050€) face d’autres alternatives tout aussi premium, bien équipées et plus légères. Car à près de 2 Kg sur la balance, cela commence à faire beaucoup pour un 14 pouces dont la vocation reste d’être nomade. Ne vous fiez pas en revanche à cette impression visuelle d’épaisseur, le Surface Laptop Studio ne l’est guère plus qu’un MacBook Pro 14. Reste un dernier argument en sa faveur, et non des moindres, celui d’avoir un ordinateur portable singulier.

Surface Laptop Go 3 : Il pourrait être parfait…

Autre nouvel arrivé au sein de la gamme Surface, le Laptop Go 3. Si l’écran de 12,3 pouces est toujours tactile, point de possibilité de le transformer en tablette. Il s’agit donc d’un ultrabook « classique » dont le principal atout réside une nouvelle fois dans sa finition exemplaire.

A cela s’ajoute des coloris très tendances et particulièrement réussis, à l’image du vert sauge testé. Original mais néanmoins discret, il séduira les personnes désireuses de pas céder au conformisme des sempiternelles variantes de gris.

Les nomades apprécieront quant à eux le poids, à peine 1,1 Kg sur la balance. Une belle prouesse au regard du sentiment de solidité perçu pour cet ultra-portable parmi les plus fins du marché. En revanche, l’autonomie moyenne (7h30) ne brille pas particulièrement. Pas plus que son écran (350 nits – sRGB) dont la définition s’avère aujourd’hui trop juste (1536×1024 px – 148 dpi). Soulignons en revanche de nouveau le confort du clavier et du touchpad avec un bruit feutré en prime, dont peu de concurrent peuvent se targuer dans cette gamme de prix.

Alors certes, cela confirme le positionnement premium de ce Surface Laptop Go 3 et justifie un tarif plus élevé. Mais à plus de 800€ le ticket d’entrée (Core i5-1235U – 8 Go RAM – 256 Go SSD – un port USB-C / USB-A) difficile de céder à la tentation d’opter pour la proposition de Microsoft. L’écran au format 3:2 aurait pu être un argument supplémentaire mais désormais les ultrabooks avec dalle 16:10e sont légion à moins de 1000€ et surtout mieux équipés en tous points…

Surface Go 4 : Erreur de casting ?

Terminons ce tour d’horizon avec la Surface Go 4. Une tablette tactile donc mais sous Windows sensée être plus abordable que sa grande soeur, la Surface Pro 9…

Dans les faits, cette dernière est commercialisée à partir de 1100€ (voire 1000€ en fonction des promos) avec un Core i5 de 12e génération, 8 Go de RAM, 256 Go de stockage, un écran de 13 pouces 120 Hz (2880×1920 – 267 PPP), sans oublier un design plus moderne.

De son côté la Surface Go 4 est quant à elle proposée à partir de 629€… dans sa déclinaison équipée de 64 Go de stockage ! Comptez 869€ pour la version 256 Go… (et toujours sans clavier – 100€ supplémentaires – ni stylet).

La question se pose donc de savoir qui va rationnement accepter de payer cette somme pour une tablette dotée d’un écran 10,5 pouces, certes légère (à peine 520g) mais animé d’un processeur Intel N200 totalement anémique (mais fanless) dès lors qu’il s’agit de faire autre chose que surfer sur Internet ou ouvrir un document Word…

Des tâches qu’un iPad 10 exécutera tout aussi bien si ce n’est mieux en terme d’expérience utilisateur avec une autonomie (à peine 6h sur la Go 4) en prime plus conséquente et quelques euros de moins sur la facture.

Reste l’argument de Windows 11 et de l’ingénieux système de béquille en faveur de la Surface Go 4. Mais avec « seulement » 230€ à ajouter pour une Surface Pro 9, il ne fait aucun doute que cette dernière est le LE choix de raison pour qui cherche une tablette sous Windows 11 !

Notre avis sur la gamme Microsoft Surface 2024

A l’heure où le marché tend vers l’uniformisation, les modèles de la gamme Surface apportent certes une touche de fraicheur bienvenue mais sans parvenir à convaincre pour autant. A croire que Microsoft aime à saborder ses propres modèles de peur de faire de l’ombre à ses concurrents qui sont aussi ses premiers vecteurs de licences Windows.

La gamme Surface Go constitue à ce titre une belle illustration avec des modèles dotés de qualités évidentes mais plombés par des configurations datées et/ou peu adaptées aux exigences de Windows 11 et de ses programmes. Sans oublier des tarifs trop éloignés de ceux du marché. Même constat pour le Surface Laptop 5 dont une mise à jour s’avère urgente en terme de configuration pour conserver un semblant de légitimité.

A l’inverse, la Surface Pro 9 et le Surface Laptop Studio 2 apparaissent bien plus légitimes. De là à penser que Microsoft devrait se concentrer sur ces deux modèles, il n’y a qu’un pas…

Quel PC portable est fait pour vous ?
5 questions, moins d’une minute ! LaptopSpirit s’occupe du reste !
,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + 4 =