NVIDIA Max-Q - Enfin des PC portables gamer légers et performants

1 - La théorie : performances graphiques élevées, finesse et nuisances sonores contenues





Lancé mi-2017, le concept Max-Q de NVIDIA vise à offrir de hautes performances graphiques dans des ordinateurs portables gamers fins, légers et silencieux. Une promesse alléchante, mais qu'en est-il en réalité ?

D'année en année, les PC portables se voient affinés par les constructeurs, tendance qui s’est encore confirmée lors du CES 2018. Les PC portables gamer ne sont pas épargnés : de nombreux modèles sont proposés sur le marché avec une carte graphique performante dans un châssis plus ou moins fin.

Si l’on peut se réjouir de la possibilité de jouer confortablement avec un ordinateur portable relativement mobile, ce choix n'est pas exempt de contreparties. Bon nombre de PC portables gamer au châssis fin montent trop facilement et rapidement en température dès que l’on s’adonne à des jeux relativement exigeants graphiquement. En plus d’être assez désagréable au toucher (qui apprécie un PC portable brûlant ?), cela occasionne souvent un fort bruit de ventilation pour expulser la chaleur dégagée par les composants. Mais surtout, cela implique la plupart du temps des performances réduites : la chauffe étant trop importante, les puces voient leur fréquence de fonctionnement réduite et ne fonctionnent donc pas à leur plein potentiel : c’est notamment le cas de la carte graphique.

On peut donc jouer, certes, avec un ordinateur portable relativement fin, mais au prix d'une élévation de la température et des nuisances sonores et/ou d'une baisse des performances en jeux, d’autant plus que ces derniers sont gourmands en ressources graphiques.

C'est pour palier ce problème que NVIDIA a lancé son concept Max-Q lors du salon du Computex en mai 2017. La promesse peut se résumer ainsi : permettre aux fabricants d’ordinateurs portables d'intégrer dans des PC portables gamer toujours plus fins une carte graphique dédiée performante, tout en maîtrisant la température et le volume sonore en jeu. Il n'en faut pas plus pour voir les constructeurs développer des Ultrabook gamer enfin performants en jeu 3D !

Et contrairement à ce qu'on a pu connaître par le passé, les premières cartes graphiques mobiles Max-Q annoncées par NVIDIA sont (presque) les plus puissantes de sa gamme : les GeForce GTX 1080, GeForce GTX 1070 et GeForce GTX 1060 reposant sur l'architecture NVIDIA Pascal. Le fondeur fait la démonstration de son concept avec un prototype d'ordinateur portable de type Ultrabook de 18mm d’épaisseur et 2,27 Kg sur la balance intégrant une GeForce GTX 1080 Max-Q, l’ensemble se montrant relativement silencieux en jeu : 40 dB à 25 cm de distance.

Début 2018, NVIDIA a élargi sa gamme de cartes graphiques mobiles Max-Q avec les GeForce GTX 1050 et GeForce GTX 1050 Ti. L’objectif de ces dernières serait de contrer l’arrivée des nouveaux processeurs Intel Kaby Lake-G ; alors qu’habituellement les puces graphiques logées au sein des processeurs sont bien moins puissantes qu’un GPU dédié, a fortiori qu’une carte NVIDIA GTX haut de gamme, ces Kaby Lake-G ont la particularité d'intégrer une solution reposant sur l'architecture graphique AMD Vega, une première historique. Résultat des courses, les Kaby Lake-G entrent en concurrence frontale avec les cartes graphiques dédiées de milieu de gamme et NVIDIA se devait de contre-attaquer.

Le Caméléon aurait donc sorti ses GeForce GTX 1050 Max-Q et GeForce GTX 1050 Ti Max-Q pour se positionner un peu au dessus d’un Kaby Lake-G à partie graphique Vega. Autrement dit, il faudrait s’attendre pour un Kaby Lake-G à des performances comprises entre celles des GeForce MX150 et GeForce GTX 1050.

Mais il n’y a pas de miracle : pour pouvoir loger dans un châssis fin une carte graphique dédiée performante sans chauffe excessive, les GPU mobiles Max-Q délivrent une puissance inférieure à leurs équivalents "classiques". Comptez ainsi environ 10% de puissance en moins pour une GeForce GTX 1080 Max-Q par rapport à une GeForce GTX 1080. Cette différence de performances s'explique par le compromis énergétique consenti : si la GTX 1080 nécessite 120W pour fonctionner à plein régime, il faut savoir que les 60 derniers Watts n'apportent qu'environ 10% de performances supplémentaire. En tronquant la consommation énergétique de sa GeForce GTX 1080 Max-Q, NVIDIA conserve 90% de la puissance de la puce classique pour une consommation d'énergie diminuée de moitié.

Précisons par ailleurs que NVIDIA propose différents réglages via ses pilotes et l'application GeForce Experience, permettant à l'utilisateur de choisir le meilleur compromis entre nombre d'images par seconde, qualité d’affichage, énergie consommée et nuisances sonores. Le mode murmure (WhisperMode) permet par exemple d’avoir un fonctionnement discret mais "bridé" en matière de performances graphiques.

Cependant, cette intégration mieux maîtrisée se paye parfois au prix fort. Il n'est pas rare de constater une différence de prix de plus de 30% entre les modèles équipés d'une GeForce GTX classique et ceux intégrant son équivalent Max-Q comme vous le constaterez dans notre liste des modèles équipés. Si l'encombrement n'est pas un critère déterminant pour vous, vous pourriez faire de bonnes économies en optant pour une configuration classique, qui pourrait en outre se montrer légèrement plus performante.



Remonter en haut de la page

Vos avis et retours d'expérience :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 3 = 5

 

Remonter en haut de la page