HP Pavilion dv2 – Autonomie / Performances

Comme nous l’avons évoqué brièvement en introduction, le Pavilion dv2 est le premier modèle à être équipé de la dernière plateforme Neo d’AMD. C’est la réponse du fondeur à son concurrent Intel et sa plateforme Atom.

Le processeur présent dans le dv2 est le « MV-40 » cadencé à 1,6 Ghz et doté de 512 ko de mémoire cache L2, des caractéristiques identiques à celles de l’Atom N270. Le modèle d’Intel comporte néanmoins une légère différence au niveau de la finesse de gravure puisqu’il est gravé en 45 nm contre 65 nm pour le MV-40. Une gravure plus fine permet de limiter la chaleur dégagée et donc favorise indirectement l’autonomie. Ainsi, Intel annonce un TDP de 2,5W pour l’Atom N270 contre 15W pour le Neo MV-40.

HP Pavilion dv2-1020ef

HP Pavilion dv2-1020ef

HP Pavilion dv2-1020ef

HP Pavilion dv2-1020ef

HP Pavilion dv2-1020ef

Afin de mieux appréhender les performances de cette nouvelle plateforme, nous avons réalisé nos tests habituels, même si certains ne sont pas particulièrement adaptés à un processeur peu véloce. Nous avons choisi d’opposer ce Pavilion dv2 au Toshiba Portégé R600, l’un des ultra-portables de référence pour les amateurs de mobilité. Bien entendu, les tarifs des deux machines sont sans commune mesure mais nous allons ainsi voir si les écarts de performances peuvent justifier à eux seuls la différence significative des tarifs.

Commençons par le test sous PCMARK05 destiné à l’évaluation des performances globales.

HP Pavilion dv2-1020ef

Au niveau du score global, le Pavilion dv2 est en retrait par rapport au Toshiba R600. Cependant, en analysant en détail les résultats, les écarts les plus significatifs se situent au niveau de la partie graphique et de la mémoire vive. Les performances des processeurs et des disques durs sont très proches, un point encourageant pour la suite des tests. Nous verrons si la situation se confirme ou non avec les autres benchs.

HP Pavilion dv2-1020ef

L’analyse du disque dur sous HDTune met en évidence des débits légèrement supérieurs à ceux généralement constatés sur les disques 5400 tr/min. Toutefois, les temps d’accès sont ici un peu plus élevés et la courbe de débit présente quelques irrégularités.

Enchainons avec le passage sous Cinebench 10 pour l’évaluation des performances du processeur en termes de rendu d’images/scènes.

HP Pavilion dv2-1020ef

Ce test met en évidence l’un des spécificités du processeur Neo, ce dernier ne dispose que d’une seule unité de traitement contre deux sur les processeurs Intel, une situation qui risque de pénaliser la plateforme AMD pour les applications les plus gourmandes en ressources systèmes.

Continuons avec SuperPi chargé de mesurer les performances du processeur en calcul mathématique.

HP Pavilion dv2-1020ef

Le processeur AMD Neo est ici en retrait comparé au Core 2 Duo SU9300 mais il se montre plus véloce que le processeur Intel Atom N270 présent sur la majorité des netbooks actuellement commercialisés.

Nous avons ensuite réalisé une série de mesures à partir de nos propres tests, plus représentatifs d’une utilisation courante.

Commençons par le test Winrar qui consiste à compresser 58 fichiers (936Mo au total).

HP Pavilion dv2-1020ef

Le processeur Neo est ici à égalité avec l’Atom N270. Le Core 2 Duo SU9300 est quant à lui, bien plus performant.

Continuons sous iTunes avec la conversion au format AAC d’un CD audio et l’encodage au format iPod d’un fichier MPEG-2 issu d’une caméra numérique.

HP Pavilion dv2-1020ef

HP Pavilion dv2-1020ef

Sans grande surprise, le processeur AMD Neo est une nouvelle fois en retrait comparé au processeur du Toshiba Portégé R600.

Terminons par un test sous Photoshop CS3 à l’aide d’un script destiné à appliquer sur une image au format TIFF de 57.4 Mo divers filtres (niveaux, anti-poussière, augmentation de la taille, flou gaussien, accentuation et taille de la zone de travail).

HP Pavilion dv2-1020ef

Le Pavilion dv2-1020ef est équipé d’un chipset graphique intégré ATI Mobility Radeon X1270

HP Pavilion dv2-1020ef

Sa puissance ne permet pas, bien entendu, de faire tourner des jeux, sauf éventuellement, quelques titres très anciens et en adaptant les paramètres graphiques en conséquence afin de conserver une bonne fluidité.

La lecture de vidéo quant à elle, ne pose pas de souci, sauf à vouloir faire fonctionner des vidéos Haute Définition en 1080p, mais quel intérêt sur une machine dépourvue de sortie HDMI et dotée d’une résolution. La lecture de vidéos « Haute Définition » à partir des sites de partage en ligne, est généralement fluide, excepté sur quelques scènes rapides où nous avons parfois constaté quelques saccades, sans doute imputables en grande partie à la connexion Wifi.

HP commercialise également sur sa boutique en ligne, un Pavilion dv2 équipé d’une carte graphique dédiée un peu plus véloce. Mais, selon nous l’intérêt d’une telle puce est limitée sur un ultra-portable car elle pénalise l’autonomie, l’un des points le plus important sur une machine mobile.

Comme vous l’aurez compris, les résultats des tests ci-dessus sont sans appel, la plateforme AMD Neo ne parvient pas à suivre la cadence imposée par le Core 2 Duo SU9300 dès que les tâches nécessitent une puissance de calcul importante. Bien sûr, ces résultats sont à relativiser car, si les deux plateformes ont une philosophie proche, en étant toutes deux dédiées aux ultra-portables, elles ne se destinent pas au même type de budget. Le SU9300 est un processeur haut de gamme commercialisé à un tarif bien supérieur à la nouvelle plateforme AMD. Par conséquent, si vous n’avez pas l’intention de faire tourner des applications gourmandes en ressources systèmes, un processeur Neo pourra tout à fait vous convenir.

Un sentiment confirmé lors de notre test. Nous avons utilisé de façon intensive le Pavilion dv2 pendant plusieurs jours et nous n’avons pas constaté de ralentissements dans le cadre d’une utilisation courante, à savoir travailler sur traitement de texte ou un tableur, surfer sur Internet, dialoguer par messagerie instantanée, écouter de la musique ou encore regarder une vidéo. Toutes ces tâches se sont déroulées sans difficultés, y compris lorsque plusieurs d’entre elles fonctionnaient simultanément. Il suffit juste de garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas du dernier Core 2 Duo sorti et par conséquent, que l’utilisation du multi-taches ne peut être aussi fluide.

Le processeur AMD Neo constitue donc une bonne surprise, ce dernier offrant des performances parfaitement adaptées à l’utilisation du Pavilion dv2. En termes de puissance brute, le dernier né d’AMD est légèrement plus véloce que les processeurs Intel Atom présent dans les netbooks. Néanmoins, en pratique, la différence est loin d’être flagrante, excepté sur certaines vidéos Haute Définition où la plateforme Neo semble moins souffrir que son homologue Intel.

Terminons cette partie consacrée aux performances en nous arrêtant un instant sur le choix de Windows Vista, source d’inquiétude pour certains utilisateurs, quant à la réactivité de ce système d’exploitation sur une machine à priori pas des plus adaptées. Le choix d’HP d’équiper son Pavilion dv2 de Windows Vista, s’explique tout d’abord par l’impossibilité pour les constructeurs de proposer sur des machines de plus de 10.2 pouces et dotée d’un espace disque supérieur à 160 Go, une version de Windows XP familiale, Microsoft ayant décidé de fixer ces limites afin de ne pas pénaliser les ventes de son dernier OS suite à l’engouement pour les netbooks. Bien sur, il est possible de contourner cette limitation en ayant recours à l’installation de Windows Vista Professionnel, qui autorise la downgrade vers XP Professionnel, mais le coût de la licence est alors incompatible avec un portable dont le tarif est un des éléments déterminant dans l’acte d’achat.

HP Pavilion dv2-1020ef

HP a donc opté pour Windows Vista Basic, qui offre l’avantage d’un tarif attractif mais en contrepartie, certaines fonctionnalités sont absentes, et notamment, l’interface graphique Aero, l’un des apports majeurs de Windows Vista. Si Aero est un plus en termes de design, l’interface nécessite une puissance graphique importante qui aurait été incompatible avec le dv2. Le choix de Vista Basic est donc judicieux, pourquoi payer une licence plus chère pour des fonctionnalités qu’il sera impossible d’exploiter ?

Lors de l’utilisation, nous n’avons pas constaté de ralentissements dus au système d’exploitation. Le démarrage est assez long mais cette lenteur est imputable aux nombreux programmes qui se lancent par défaut. En supprimant les superflus pour ne garder que l’essentiel, le démarrage est plus rapide, il faut ainsi, en moyenne, moins d’une minute pour afficher le bureau et avoir la main.

HP Pavilion dv2-1020ef

HP fournit quelques logiciels déjà pré-installés dont notamment l’intégré bureautique Works 9 ou encore Cyberlink Suite Deluxe composé de divers outils dédiés à la gravure de cd/dvd ou au montage vidéo.

HP Pavilion dv2-1020ef

Un media center, nommé « Media Smart » et conçu par HP est également proposé. Ce dernier permet de gérer, à travers une interface agréable, le contenu multimédia présent sur le disque dur ou les médias amovibles.

Autonomie

Comme nous l’avons vu précédemment, les performances de la nouvelles plateforme AMD sont au rendez-vous, du moins dans le cadre d’une utilisation bureautique. Mais qu’en est-il de l’autonomie, un point particulièrement important sur une machine destinée aux amateurs de mobilité ?

Nous avons donc réalisé nos trois tests habituels, à savoir :

Luminosité maximale, wifi allumé : 2h15 env.
Ce test permet de mesurer l’autonomie minimale avec une utilisation processeur à 100%, une situation peu courante en pratique.

Luminosité moyenne, wifi allumé et lecture d’un divx (1280×720) à partir du disque dur : 2h45 env. L’autonomie est ici pénaliser par l’utilisation d’un lecteur optique externe.

Luminosité et performances au minimum, wifi éteint, bureautique : 4h30 env .
Il s’agit ici de taper un texte sous un traitement de texte, ou de travailler sur un fichier tableur, afin de mesurer l’autonomie maximale.

Comme vous pouvez le constater, l’autonomie offerte par le Pavilion dv2 et sa batterie 6 cellules (10.8V, 5060 mAh) est assez proche de celle mesurée sur le Portégé R600. Toutefois, avec une autonomie moyenne inférieure à trois heures, le dv2 risque de décevoir très fortement les amateurs de mobilité. De plus, il est impossible de rivaliser avec les netbooks qui offrent généralement une autonomie moyenne supérieure à 5h… Par conséquent, il est impossible pour le Pavilion dv2 de se positionner en alternative aux netbooks sur ce terrain de l’endurance.

sommaire

Sommaire de ce test

Page 1 : Introduction et sommaire
Page 2 : Design extérieur
Page 3 : Design intérieur
Page 4 : Performances / Autonomie
Page 5 : Conclusion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


9 + = 18