HP Pavilion dv2 – Conclusion

En choisissant de se démarquer afin de ne pas affronter directement la concurrence des netbooks, HP a fait un choix plutôt séduisant, sur le papier du moins. En effet, avec un écran légèrement plus grand, son dv2 propose un confort d’utilisation supérieur à celui procuré par une dalle 10,2 pouces de netbook. La résolution correspond mieux à l’ergonomie des sites Internet ou des logiciels fréquemment utilisés. Bien entendu, l’encombrement est supérieur, tout comme le poids, mais avec 1,7 kg sur la balance, le dv2 ne pèse que 200g de plus qu’un eee PC 1000H par exemple, un écart relativement négligeable, tant l’apport en termes de confort est important. Autre avantage, cet encombrement supérieur offre également la possibilité d’intégrer un clavier plus confortable.

En pratique, le bilan est plus mitigé. Si la surface d’affichage de la dalle est un plus indéniable côté confort, son traitement brillant se montre totalement inadapté à une utilisation en environnement lumineux et donc en extérieur. Les reflets sont alors très présents et l’utilisateur a rapidement l’impression d’être face à un miroir ! De même, si les touches bénéficient de dimensions importantes, leur faible espacement nécessite un temps d’adaptation avant de retrouver une bonne fluidité. Le choix de la matière risque également de refroidir certains utilisateurs.

Mais le point le plus décevant provient de l’autonomie. Avec au mieux 4h30 d’autonomie, le Pavilion dv2 n’est clairement pas adapté à une utilisation nomade intensive. Or, pourquoi acheter un portable 12,1 pouces, peu encombrement et relativement léger si c’est pour ne pouvoir l’utiliser dans de bonnes conditions hors de son domicile ou son lieu de travail ? Une minorité d’utilisateurs répondra sans doute que le dv2 prend ainsi moins de place lorsqu’il est inutilisé, certes, mais difficile selon nous de justifier l’achat d’un 12,1 pouces pour une utilisation entre le canapé et la table à manger… Un modèle 15,4 pouces par exemple, fera tout aussi bien l’affaire, tout en bénéficiant d’un meilleur rapport prix / performances.

Reste la question du tarif. Proposé à moins de 600€, le dv2 semble assez attractif de prime abord. Cependant, il risque d’avoir quelques difficultés à s’imposer, notamment à cause des points soulignés ci-dessous mais aussi à cause de la concurrence des netbooks, car même si HP ne le positionne pas clairement face à ces mini-pc low cost, et au delà des appellations marketing, le dv2 est bien plus proche d’un netbook que des ultra-portables. Dommage que l’autonomie ne soit pas à la hauteur des attentes des utilisateurs car le dv2 aurait sans doute séduit un très large public, encore retissant aux netbooks. Enfin, il serait peut-être opportun de ne plus proposer le lecteur optique de façon systématique dans le bundle du dv2, afin de proposer un tarif plus compétitif.

HP Pavilion dv2-1020ef

HP Pavilion dv2-1020ef

Le Pavilion dv2-1020ef testé est disponible à moins de 600€. Un modèle équipé d’une carte graphique dédiée mais dépourvu de lecteur optique est disponible, mais uniquement via la boutique en ligne HP.

sommaire

Sommaire de ce test

Page 1 : Introduction et sommaire
Page 2 : Design extérieur
Page 3 : Design intérieur
Page 4 : Performances / Autonomie
Page 5 : Conclusion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


3 + = 11